23 Janvier 2018

Tunisie: Une souffrance émotionnelle

Des montagnes russes d'émotions

Le professeur français de pharmacologie et psychiatre, Michel Bourin, définit l'humeur comme étant «la manière dont une personne se sent à l'intérieur et comment elle ressent l'expérience de l'émotion. Un trouble de l'humeur se caractérise par une perturbation de cet état d'esprit».

Ainsi, la bipolarité exagère le ressenti des émotions. Une personne atteinte du trouble affectif bipolaire manque, alors, d'«amortisseurs» aux émotions. C'est une maladie, extrêmement non homogène, c'est-à-dire que chaque sujet représente un unique vécu. Ce qui fausse généralement le diagnostic et induit les spécialistes en erreur. Toutefois, en cherchant le point commun entre eux, l'on décèle les caractéristiques de la maladie ainsi que ses principaux symptômes. Il est connu qu'un bipolaire vit ce qu'on appelle des montagnes russes d'émotions. Insidieusement et sournoisement commencés, les troubles affectifs bipolaires engendrent chez le sujet des oscillations relativement mineures de l'humeur qui sont généralement de nature dépressive. Le premier épisode maniaque se déclenche avec la manifestation d'une désinhibition patente du sujet, augmentation de l'activité, des pensées fuyantes, etc.

Cependant, l'on distingue plusieurs types de bipolarité. La bipolarité de type I se caractérise par la présence d'au moins un épisode maniaque où le bipolaire manifeste une envie constante de communiquer et de parler, une réduction du besoin de sommeil et se livre à des activités inconsidérées. Alors que la bipolarité de type II se distingue par l'association d'un épisode dépressif majeur alterné par des épisodes hypomaniaques spontanés qui durent pendant au moins 4 jours, où l'on remarque une humeur élevée de façon persistante, expansive et irritable chez le sujet.

Vulnérabilité génétique

La bipolarité, à l'instar de plusieurs maladies mentales, porte un facteur génétique. Selon le psychiatre français Michel Bourin, des études familiales ont montré que si un parent est atteint d'un trouble bipolaire, le risque d'une atteinte d'un trouble de l'humeur chez l'enfant augmenterait de 25 %. La même étude a révélé que 88% des malades bipolaires sujets de l'étude ont des parents atteints de dépression. De surcroît, plus le degré de parenté est loin, plus le risque d'affection s'affaiblit. Alors que le risque est dix fois plus important, si le degré de parenté est de premier ordre.

Le traitement de la bipolarité varie d'un sujet à un autre. Seul le médecin spécialiste décide du traitement. Les traitements suivis sont souvent des solutions pour juguler les phases aiguës du trouble de l'humeur. Ce sont pour la plupart des stabilisateurs de l'humeur. Ainsi ces médicaments ne suppriment pas les émotions mais les rendent plus supportables.

Tunisie

Un projet de loi sur l'égalité successorale

L'égalité inscrite dans la Constitution de 2014 Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.