23 Janvier 2018

Afrique: Transport aérien - L'Afrique en voie de lancer un marché unique

Photo: republicoftogo
Un avion

Le projet verra le jour le 28 janvier, à l'occasion du 30e sommet de l'Union africaine (UA), pour promouvoir le commerce et les investissements transfrontaliers dans les industries de production et de service.

Le commissaire de l'UA aux infrastructures et à l'énergie, Amani Abou-Zeid, a indiqué: « Le lancement du SAATM fera naître davantage d'opportunités de promouvoir le commerce et les investissements transfrontaliers dans les industries de production et de service, y compris dans le secteur du tourisme, avec pour conséquence la création de trois cent mille emplois directs et de deux millions d'emplois indirects ». Le Marché commun africain des transports aériens (SAATM), a-t-il ajouté, contribuerait de manière énorme à l'intégration et à la croissance socioéconomique du continent.

Le secteur de l'aviation représente actuellement huit millions d'emplois en Afrique et le SAATM a été créé dans le but de renforcer la connectivité, de faciliter le commerce et le tourisme, de créer des emplois, et de veiller à ce que l'industrie joue un rôle plus important dans l'économie mondiale, en contribuant significativement à l'Agenda 2063 de l'UA, selon Amani Abou-Zeid.

L'exécution de ce premier projet, sur les douze projets phares de l'Agenda 2063 de l'UA, ouvrira la voie à d'autres tels que le passeport africain et l'autorisation de la libre circulation des personnes, ou encore la Zone de libre-échange continentale, a fait savoir le commissaire. Et de poursuivre : « Ce sommet de l'UA doit également être marqué par l'adoption du texte réglementaire de la Décision de Yamoussoukro, couvrant les réglementations en matière de concurrence et de protection des marchés qui assureront un fonctionnement efficace des marchés ».

Une exposition intitulée « L'envol de l'Agenda 2063 de l'UA pour une Afrique intégrée, pacifique et prospère » sera dévoilée pour célébrer ce lancement, et une plaque commémorative sera inaugurée à cette occasion, a fait savoir l'institution.

Pour l'heure, vingt-trois pays d'Afrique sur cinquante-cinq ont adhéré au SAATM, tandis que quarante-quatre ont signé la Décision de Yamoussoukro. La déclaration sur l'établissement du SAATM a été adoptée par l'Assemblée de l'UA en janvier 2015. Immédiatement après, onze pays membres ont déclaré leur engagement solennel à établir ce marché commun, en mettant pleinement en œuvre la Décision de Yamoussoukro de 1999, qui prévoit une totale libéralisation de l'accès au marché entre les pays africains, un libre exercice des droits de circulation, l'élimination des restrictions sur la propriété et la totale libéralisation des fréquences, des tarifs et des capacités.

Le 30e Sommet de l'UA s'est ouvert le 22 janvier au siège de l'organisation à Addis-Abeba, en Éthiopie. Avec pour thème « Remporter la lutte contre la corruption : une voie durable vers la transformation de l'Afrique », le sommet a débuté par la 35e session ordinaire du Comité des représentants permanents de l'UA, qui s'est tenue les 22 et 23 janvier. Cette réunion est chargée de préparer l'ordre du jour du sommet et les recommandations à prendre en compte pour la 32e session ordinaire du Conseil exécutif de l'UA, prévue les 25 et 26 janvier. La réunion du Conseil exécutif sera suivie par la 30e session ordinaire de l'Assemblée des chefs d'État et de gouvernement de l'UA, les 28 et 29 janvier.

Afrique

BAD - La semaine de l'évaluation du développement 2018 va se tenir à Abidjan

La rencontre programmée du 5 au 7 septembre, dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire, aura… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.