30 Janvier 2018

Burundi: La Banque mondiale promet de dédommager les victimes de la peste de petits ruminants

Bujumbura, Burundi — La Banque mondiale (BM) promet de dédommager les victimes de la peste des petits ruminants qui ont déjà perdu des milliers de chèvres importées de l'Ouganda voisin, depuis le mois de décembre dernier, a annoncé, mardi, la « bonne nouvelle », le ministre burundais de l'Agriculture et de l'Elevage, Deo Guide Rurema.

Les modalités des dédommagements restent toutefois à convenir avec les victimes qui avaient bénéficié des animaux importés, dans le cadre d'un projet financé par la Banque mondiale au Burundi.

Le ministre a toutefois dédramatisé la situation, parlant de seulement 3.280 bêtes qui ont été à ce jour emportées par la maladie encore circonscrite à trois provinces du centre et du nord burundais.

Le Fonds des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao), de son côté, promet une assistance « technique, matérielle et financière » pour aider dans la lutte contre la propagation de la peste de petits ruminants au Burundi, a dit M. Rurema.

S'agissant des mesures déjà prises au niveau local pour maîtriser la maladie, le ministre a fait état d'un contrôle renforcé à l'importation d'animaux et d'intrants agricoles.

Par ailleurs, des enquêtes sont en cours pour situer les responsabilités dans l'importation de chèvres qui, «apparemment», étaient contaminées par la « peste des petits ruminants» avant leur livraison, annonçait un communiqué officiel, en fin de semaine dernière.

Des appels ont été également lancés à l'administration locale pour «fermer temporairement les marchés de moutons et de chèvres», à la population «de ne pas consommer la viande de ces animaux contaminés» et aux éleveurs de «pratiquer l'élevage en stabulation permanente ».

Les symptômes les plus apparents de la peste des petits ruminants sont la toux, l'écoulement nasal, les lésions au niveau des commissures labiales, des museaux, des paupières et des parties interdigitales ; les poils piqués, les tremblements musculaires et des diarrhées nauséabondes auxquels les animaux malades ne survivent pas longtemps.

Les éleveurs burundais étaient plutôt habitués à la fièvre aphteuse, une maladie virale qui affecte indistinctement les bovins, les porcs, les chèvres et les moutons.

Burundi

Les jeunes s'insurgent contre le manque d'emploi

Il y a trois ans, Pierre Nkurunziza prêtait serment pour un troisième mandat controversé. Depuis, de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Infos Plus Gabon. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.