3 Février 2018

Madagascar: La société Ametis soupçonnée de favoritisme

Le SSM, la Solidarité syndicale de Madagascar, a saisi le Bianco, le Bureau indépendant anti-corruption. Le syndicat soupçonne de favoritisme la société Ametis. La société a l'autorisation de collecter les droits de visa aux frontières de Madagascar.

La Solidarité syndicale de Madagascar est formelle : percevoir les impôts et les taxes relève de la fonction régalienne de l'Etat. Une société privée, en l'occurrence la société Ametis, n'en a pas le droit.

C'est en ces termes que l'organisation a déposé une requête auprès du Bianco, le Bureau indépendant anti-corruption. Le SSM parle également d'une illégalité constitutionnelle dans l'autorisation accordée à la société Ametis. Et de citer à l'appui le Code général des impôts, qui dispose que les modalités de perception des droits de visa en ligne sont fixées par texte réglementaire.

La société Ametis récolterait en effet les droits de visa en espèce dans les ports et aéroports de Madagascar, qu'elle reverserait au Fisc. D'où le soupçon du SSM d'un transit de l'argent par une caisse privée avant d'atterrir dans les caisses de la Direction générale des impôts.

Le Bianco confirme avoir ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette affaire.

Madagascar

BAD - Trois milliards USD pour soutenir les femmes sur dix ans

Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, avec la ministre canadienne du Développement international,… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.