3 Février 2018

Sénégal: Macky Sall - «Financer l'éducation est un investissement»

Photo: Présidence de la République
Conférence de reconstitution des fonds pour le Partenariat mondial pour l'éducation (Gpe), le 2 février 2018 à Dakar.

Les présidents sénégalais et français, Macky Sall et Emmanuel Macron, ont co-présidé, hier, la cérémonie de haut panel de la 3ème conférence internationale de financement du Partenariat mondial pour l'éducation (Pme). Les deux chefs d'Etat ont décliné la place que l'éducation doit jouer dans la transformation sociale de nos sociétés.

L'éducation est la voie de la transformation sociale d'un pays. C'est à juste titre que le chef de l'Etat du Sénégal a déclassé l'éducation de la liste des secteurs sociaux. C'est l'école qui forme des ressources humaines capables d'apporter des réponses aux défis du développement. « Nous voulons rappeler que financer l'éducation n'est pas une charge sociale. C'est un investissement sûr pour éveiller des consciences, pour la formation des personnes capables de conduire le progrès », a souligné le président de la République du Sénégal, Macky Sall, au cours de la cérémonie d'ouverture qui a enregistré la présence des présidents du Mali, Ibrahima Boubacar Keïta, du Burkina Faso, Roch Christian Kaboré, du Ghana, Nana Akufo-Addo, de la République de Centrafrique, Faustin Archange Touadéra, du Tchad, Idriss Déby, Mouhamadou Issoufou du Niger et de la vice-présidente de la Gambie, Fatoumata Tambajang et du Premier ministre de la Côte d'Ivoire, Amadou Gon Coulibaly. Mais l'école, c'est l'espace où on apprend également à connaître l'autre, à l'accepter et par conséquent à refuser le repli sur soi-même.

L'acquisition des connaissances et des compétences éloignent les apprenants de l'obscurantisme et de toutes les autres formes de déviation. « Financer l'éducation, c'est semer, dans chaque enfant, les germes de la dignité humaine, c'est contribuer à forger, en lui, la capacité de discernement. L'éducation élève et éclaire l'esprit, par conséquent, l'enfant est moins vulnérable à la manipulation », a démontré Macky Sall.

Les pays en voie de développement, plus que ceux développés, ont besoin de bâtir un système éducatif porteur de transformation sociale. Financer l'éducation, dit-il, c'est allumer la lumière du savoir, du savoir-faire, du savoir-être, c'est préparer les enfants à la vie dans la société. « Investir dans l'éducation, c'est ériger la raison en rempart contre l'obscurantisme. C'est aussi assurer la qualité des ressources humaines qui portent les efforts du développement économique et social », a ajouté le chef de l'Etat du Sénégal.

Prenant la parole, le président de la Banque mondiale a salué les progrès économiques enregistrés par le Sénégal au cours de ces dernières années. D'une manière plus large, il n'a pas dissocié les progrès et les performances économiques d'un pays avec ses investissements destinés à son système éducatif. « Il a été démontré que les pays qui investissent plus dans l'éducation améliorent plus leur Pib que ceux qui en font moins. Nous allons faire le classement pour montrer l'importance d'investir plus dans l'éducation », a informé le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

En savoir plus

Pays en voie de développement - Mobiliser plus de ressources pour briser le cycle de la pauvreté

Les défis de l'éducation dans les pays en voie de développement ne peuvent pas être… Plus »

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.