5 Février 2018

Tunisie: Un compulsif confus entre l'être et le paraître

Les démasquer, se démasquer...

Une entourloupette banale, diriez-vous ? Pas du tout, car cette pratique est en vérité révélatrice de l'esprit de magouille qui s'est emparé de Tunis après la révolution.

C'est à partir de là que Chafiq Tarqi commence à creuser en profondeur, tentant une radioscopie de la personnalité tunisoise (et, plus généralement, tunisienne) et révélant les contours de la frime ambiante qui dispute la vedette sociale à la magouille.

L'auteur se lance ainsi dans l'analyse du paraître qui gâte profondément l'inclinaison naturelle à être ; cet équilibre par lequel l'individu reste connecté en permanence à son for intérieur. Selon lui, il suffit d'être attentif un tant soit peu aux comportements des jeunes gens après la révolution pour s'en apercevoir. Il cite quelques exemples comme le smartphone que l'on ausculte avec un air éminemment sérieux pour donner l'impression de faire quelque chose de foncièrement important, le paquet de cigarettes de marque pour signifier un statut, et même (pour le cas du narrateur) un ou deux livres achetés en brocante pour se donner une image d'intello... alors qu'il n'a que quelques dinars en poche.

Le narrateur, qui est l'un de ces frimeurs, nous confie pourtant sa conviction que tous les gens qu'il voit çà et là ne sont pour lui que des subterfuges. Il les suit dans ce qu'ils sont, où ils vont et ce qu'ils pensent pour les démasquer (et, puisqu'il en fait partie, se démasquer) : métro, mort, religion, vin, politiciens assassinés, pseudo-révolutionnaires, étudiants, manifestants, islamistes... sont pour lui les sujets de ruminations permanentes tournées dans tous les sens.

Une pierre qui roule qui n'amasse pas mousse !

Car le narrateur est un compulsif qui vérifie plusieurs fois qu'il a bien fermé le robinet de la bouteille à gaz et qu'il a bien tourné deux fois la clef dans la serrure de la porte. Il en a besoin pour gagner une portion de sérénité. Mais ce n'est pas gagné, tout simplement parce que, justement, il rumine tout le temps sur tout le monde, y compris lui-même : «Je ne suis pas plus qu'un être qui se roule», confesse-t-il, en semblant se comparer à une pierre qui roule mais qui n'amasse pas mousse, puisque tous les sujets, innombrablement et aléatoirement alignés, qu'il survole semblent étonnamment passagers pour lui. Il ne s'aventure dans aucun d'eux au-delà de la surface, craignant peut-être de se retrouver en face de ce que génère son intelligence des choses (qui est pourtant avérée), évitant apparemment d'aller dans des chemins qui révéleraient des arguments allant à l'encontre des formules toutes faites qui se sont insidieusement installées dans son aptitude à jauger les choses et les êtres.

En vérité, le choix du survol semble un parti pris inconscient du narrateur qui peine à garder tout son entrain dans cette radioscopie osée et d'abord enlevée non sans brio, puis menée comme une souffrance révélant le mal d'être qui dévaste l'ordre intérieur de tout compulsif : «Dans la capitale, je déambule énervé par tout ce qui m'entoure. Je découvre soudain que je suis devenu quelqu'un de pesant, c'est peut-être l'âge, je me traîne comme un mulet...». Il ne retrouve la paix qu'au moment où il retourne quelque temps auprès de sa mère et cette seule idée pourrait mériter un second volet pour ce roman en mode psy.

Lavazza, 240 p., mouture arabe

Par Chafiq Tarqi

Editions Mayara, 2018

Disponible à la librairie Al Kitab, Tunis.

Tunisie

Tournoi UNAF U17 - Le Maroc et la Tunisie débutent bien

Le Maroc et la Tunisie n'ont pas manqué leur entrée dans le tournoi qualificatif de la zone nord pour la… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.