6 Février 2018

Madagascar: Gaz domestique - Une croissance à deux chiffres de la consommation

Contrairement aux idées reçues, l'utilisation du gaz ne revient pas aussi chère que celle du charbon de bois.

Avec une vente annuelle d'environ 13.000 tonnes par an, Vitogaz détient la place de leader dans le domaine de la distribution du gaz domestique. L'entreprise, rappelons-le importe son gaz et procède à la mise en bouteille au niveau local.

Politique tarifaire incitative

Et ce, avec un soin particulier aussi bien au niveau de la qualité du gaz que de son réseau de distribution. « Grâce aux efforts de sensibilisation et de promotion que nous avons menés, les foyers malgaches utilisent de plus en plus de gaz domestique » a déclaré Vincent Fleury, Administrateur, Directeur Général de Vitogaz, lors d'une interview qu'il nous a accordée en marge du reboisement que l'entreprise a réalisé, samedi dernier sur le site d'Ampangabe.

Les efforts menés par Vitogaz consistent en la mise en place d'une politique tarifaire incitative. « Ces dernières années, nous avons baissé les prix et cela a impacté sur la consommation » selon toujours Vincent Fleury qui a précisé que « la consommation du gaz a enregistré, une croissance à deux chiffres, ces dernières années ».

Actuellement, les gens prennent de plus en plus conscience des avantages de l'utilisation du gaz domestique. « A 50.000 ariary la bouteille de 9 kg, le gaz revient pratiquement au même prix que le charbon, pour une famille, la seule différence, c'est que contrairement au charbon, le gaz ne se vend pas en petite quantité » selon toujours le D.G de Vitogaz. Or, le gaz a cet énorme avantage d'être une énergie propre pour les cuissons.

TPP

Malheureusement, cet avantage comparatif du gaz risque actuellement de disparaître. Et ce, pour la bonne et simple raison que le prix du gaz risque de flamber à cause de la politique fiscale du gouvernement. En effet, dans la loi de finances 2018, le gaz est frappé de la taxe sur les produits pétroliers, à raison de 123 ariary par kilo. Alors qu'avant, le taux de la TPP était de 15 ariary par kilo, ce qui fait une hausse de 108 ariary par kilo d'une année à une autre.

En plus de la TPP, le gaz est également assujetti à la TVA de 20%, depuis 2006. En somme, on assiste actuellement à une lourde taxation du gaz qui n'est pourtant pas un produit de luxe. « Actuellement on n'a pas encore bougé nos prix, mais on ne sait plus si cela va durer car l'augmentation de la taxe a des conséquences au niveau du prix » selon toujours le D.G de Vitogaz qui n'a pas pu s'empêcher de dire que l'Etat n'aide pas du tout les entreprises dans les efforts menés pour une meilleure utilisation du gaz qui contribue non seulement à la protection de l'environnement, mais également à l'amélioration des conditions de vie des ménages malgaches.

Pour en revenir au reboisement de Vitogaz de samedi dernier sur le site d'Ampangabe, d'une superficie de 3 ha. 1500 plants d'acacias y ont été plantés pour cette deuxième année de reboisement de Vitogaz. « La protection de l'environnement est déjà pour nous un métier au quotidien, car nous réduisons la déforestation en vendant du gaz, et le reboisement est un acte citoyen pour notre entreprise »n a déclaré Vincent Fleury.

Madagascar

Hery Rajaonarimampianina - Candidat à sa propre succession

Le candidat Hery Rajaonarimampianina est toujours à la recherche d'une nouvelle équipe. Il l'a… Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.