Angola: Le faible accès à l'eau potable, cité comme facteur d'incidence du cancer de la vessie

Luanda — Le faible accès à l'eau potable, indispensable pour la santé, a été cité mardi comme facteur du taux élevé des cas de schistosomiase causant le cancer de la vessie.

C'est ce qu'a révélé le même jour dans la capitale du pays le chef du département de contrôle des maladies, Peliganga Baião, représentant la ministre de la Santé , Silvia Lutucuta, durant les festivités de la Journée Mondiale du Cancer célébrée sous le thème "Nous Pouvons, Mois aussi je Peux".

D'après lui, le pays renferme de nombreux cours d'eau, fait qui contribue à un taux élevé de la schistosomiase plus connue du nom de bilharziose.

À son avis, il est nécessaire d'impliquer fortement le Ministère de l'Energie et Eaux pour que l'eau potable arrive aux domiciles des citoyens et de convaincre aussi les autorités administratives et traditionnelles de nettoyer la végétation au bord des cours d'eau diminuant, ainsi les foyers des parasites qui causent la maladie.

Le Ministère de la Santé, a t-il indiqué, organise dans tout le pays des activités d'éducation et sensibilisation avec distribution de préservatifs et offre une immunisation spécifique pour la prévention du HPV et du cancer de l'utérus.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.