8 Février 2018

Congo-Kinshasa: Exil du Pasteur Ekofo - La MONUSCO lève un coin du mystère

Le dossier est sur toutes les langues au pays et même ailleurs. Le Pasteur François David Ekofo Bonyeku n'a plus été aperçu à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo depuis le 4 février dernier. Après les bruits de couloirs et autres on-dits, l'Eglise du Christ au Congo a délié sa langue pour lancer l'alerte. Et, par ailleurs, demandé aux autorités de ne menager aucun effort pour fixer l'ECC sur la situation de cet homme de Dieu.

Aux fidèles, la prière était recommandée. Un jour après le communiqué lancé par le succésseur de Marini Bodho à la tête de l'ECC, hier jeudi, la Monusco a levé un pan du mystère. Le Révérend Ekofo a quitté le pays avec son aide. Pour Florence Marshal, la porte-parole de la mission onusienne, cela ne relève pas d'un cas exceptionnel. C'est précisément le samedi 3 février 2018 que François David Ekofo Bonyeku a pris un vol de la flotte de la Monusco pour attérir à Entebbe, en Ouganda. Où se trouve-t-il à présent ? La Monusco confie ne point savoir. Son role se serait limité à le faire sortir du pays.

La porte-parole de la Mission des Nations Unies au Congo-Kinshasa clarifie les choses. A l'en croire : «ce n'est pas un cas exceptionnel. Entre 10 et 30% de passagers des vols quotidiens de la Monusco sont des personnes, des passagers qui ne sont pas de personnels des Nations Unies... Nous avons délivré un titre de transport entre Kinshasa et Entebbe sur base de la demande du pasteur. Le fait de délivrer ce titre de transport n'implique pas que nous soyons au courant de la suite du voyage du pasteur». Le mystère s'éclaircit donc mais une zone d'ombre et pas de moindre perdure. A savoir, où se trouve-t-il actuellement.

Pour rappel, François David Ekofo Bonyeku a été au centre des commentaires de la presse comme de l'intelligenstia congolaise depuis sa prédication diversement interpretée faite le jour de la dernière commémoration de l'assassinat de l'ancien Président Mzee Laurent-Désiré Kabila. Depuis ce 16 janvier 2018, il s'est retrouvé au centre des enjeux posté dans l'imaginaire aux côtés d'un Laurent Monsengwo qui venait, quelques jours avant lui, à la suite des heurts survenus lors de la marche du 31 décembre 2017, de lancer la phrase assassine : "il est temps que les médiocres dégagent... ". Interpretée, à tort ou à raison, comme un missil lancé contre le pouvoir.

Retour sur une prédication

Dans une cathédrale du centenbaire protestant pleine comme un œuf, avec la crème de la Ville-Province de Kiinshasa, si pas du pays, ce Pasteur protestant a protesté contre des situations qu'il observait au pays. En un mot, face à cela, il avait appelé les dirigeants de la RDC à restaurer l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du pays, à faire preuve d'un véritable nationalisme et à se mobiliser pour léguer à la génération future un pays où l'Etat existe réellement.

Congo-Kinshasa

Thabo Mbeki, le nouvel envoyé spécial de l'Afrique du Sud

La nation arc-en-ciel a décidé d'envoyer son ex-président pour jouer les observateurs en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.