11 Février 2018

Ouganda: Détournements de l'aide humanitaire destinée aux réfugiés en Ouganda - Ce sont des comportements de « pays de merde »

Photo: Daily Monitor
Enfants de réfugiés en Ouganda.

Tous ceux qui cherchaient un archétype de « pays de merde », en ont désormais la réponse. L'Ouganda de Yoweri Museveni en est un.

On comprend d'ailleurs pourquoi au lendemain de la sortie de Donald Trump, qui avait provoqué une onde de choc, Yoweri Museveni était l'un des rares présidents, pour ne pas dire le seul, à féliciter le locataire de la Maison Blanche et cela sans aucune forme de discernement. Ce n'était donc ni plus ni moins qu'un aveu de culpabilité, puisque lui-même dirige « un pays de merde » qu'il a réussi à transformer au une « bananeraie » dont les fruits ne servent qu'à nourrir seulement un clan. Les faits parlent d'eux-mêmes.

En effet, alertée sur des allégations de détournements de fonds et autres ressources destinées aux réfugiés, la coordonnatrice résidente de l'ONU en Ouganda a envoyé, le 26 janvier dernier, un courrier au Premier ministre ougandais, exprimant sa profonde inquiétude. Que s'est-il passé ? A ce qu'on dit, c'est au cours d'un contrôle inopiné sur le terrain à Kampala, que le pot-aux-roses a été découvert. Sur 26 000 personnes inscrites, seulement 7000 réfugiés ont été réellement identifiés, révélant ainsi un gap de 19 000 personnes. Les enquêtes en cours devraient donc permettre de déterminer ce à quoi ont servi l'argent et les ressources débloqués pour les 19 000 personnes fictives.

l'Ouganda voudrait s'attirer une mauvaise publicité qu'il ne s'y prendrait pas autrement

Mais en attendant, des mesures conservatoires ont été prises à l'encontre de quatre fonctionnaires ougandais travaillant pour le compte de l'Organisation des Nations unies, qui ont été relevés de leurs fonctions. Voyez-vous, les uns profitent du malheur des autres pour faire fortune. On cherche à tirer profit de toutes les situations, fussent-elles les plus malheureuses. Cela n'a rien d'étonnant. Car des pratiques du genre sont légion sur le continent, si fait que l'on a parfois honte d'être Africain. En effet, qui ne se rappelle pas ce scandale lié au détournement de fonds destinés à la lutte contre le Sida au Mali, qui avait contraint le ministre de la Santé à la démission en 2012 ? Et ce n'est pas tout. Pas plus tard qu'en 2015, de l'argent devant servir à lutter contre le virus Ebola qui faisait des victimes au Liberia, est allé dans les poches de quelques dignitaires du pays.

Conséquence, le mal s'est propagé et de nombreuses familles, comme on pouvait s'y attendre, ont été complètement décimées. Autant le dire, ce sont des comportements des « pays de merde », qui ne sont pas de nature à encourager les partenaires techniques et financiers. Dès lors, on comprend pourquoi certains donateurs, au lendemain des soupçons de fraudes massives liées à la gestion des réfugiés en Ouganda, ont déjà annoncé la suspension de leur aide en attendant d'y voir plus clair. Franchement, l'Ouganda voudrait s'attirer une mauvaise publicité qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Car le pays, on le sait, traîne la triste renommée d'être un mauvais élève en matière de démocratie, mais il avait la réputation d'être l'un des pays au monde offrant l'environnement le plus favorable aux réfugiés. Serait-ce donc ceci qui expliquerait cela ? Rien n'est moins sûr.

Ouganda

Basketball/U-18 - La sélection nationale débute samedi avec l'Ouganda

L'équipe nationale des moins de 18 ans fera ses débuts samedi lors de la Coupe d?Afrique quand elle jouera… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.