11 Février 2018

Congo-Kinshasa: Nouveau départ

L'heure à sonné pour que l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) connaisse le vrai successeur de son leader, Etienne Tshisekedi, décédé depuis le 1er février 2017 à Bruxelles. Le parti annonce la tenue de son congrès extraordinaire, les 26 et 27 février 2018, confirme le secrétaire général, Jean-Marc Kabund.

C'est un vrai challenge pour les héritiers de l'UDPS qui sont appelés à trouver le successeur d'Etienne Tshisekedi, l'homme des grands principes de la démocratie. La République démocratique du Congo a besoin d'un artisan de paix, d'une personnalité capable de pérenniser l'idéologie d'Etienne Tshisekedi : « la lutte pour un État de droit ».

Surtout en cette période où le peuple congolais est confronté à un régime répressif imposé par la Majorité au pouvoir, l'UDPS a un grand rôle à jouer dans cette lutte démocratique. Ainsi, ces deux jours de congrès extraordinaire permettront aux héritiers de l'UDPS de réfléchir sur la candidature du Parti à l'élection présidentielle prévue le 23 décembre 2018.

Déjà, les questions se posent actuellement sur la candidature à la présidence du Parti du secrétaire général adjoint et président du Rassemblement de l'opposition, Félix Tshisekedi. Candidat ou pas ? Les Congolais n'ont plus besoin de personnes, mais plutôt des idées novatrices pour continuer la lutte qu'a menée Etienne Tshisekedi de son vivant, celle de mettre fin à l'impunité et la dictature sous toutes ses formes. L'UDPS n'est plus considérée comme un simple parti politique, mais plutôt comme toute une idéologie qui ne tient compte que des intérêts du peuple. Son slogan résume tout : « Le Peuple d'abord ».

Même si aucune entente n'a été trouvée entre les familles politiques et biologiques du défunt et le gouvernement pour organiser le rapatriement et les obsèques nationales du Sphinx de Limete, le Parti s'arrange pour repartir de nouveau dans la lutte pour l'alternance démocratique en République démocratique du Congo. S'aligner ainsi en ordre de bataille après le départ du « père » de la démocratie congolaise, c'est tout un nouveau départ pour ce principal parti d'opposition.

Congo-Kinshasa

Le M23 menace de reprendre les armes

Le M23 menace de reprendre les armes si le processus électoral n'est pas inclusif, transparent et libre. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.