12 Février 2018

Congo-Brazzaville: Forêts - Kinshasa et Brazzaville favorables à la promotion des tourbières de la cuvette centrale

La gestion forestière dans la cuvette centrale passe, entre autres, par la normalisation des rapports entre différents partenaires. Une stratégie que Kinshasa et Brazzaville veulent expérimenter pour tirer profit de leurs forêts.

Les tourbières découvertes il y a quelques mois par des scientifiques dans la cuvette centrale, dont la RDC et le Congo Brazzaville font partie, est un patrimoine commun qu'il faut bien protéger et dont il faut tirer profit. Raison pour laquelle les délégués de deux pays ont organisé une séance de travail à Kinshasa. Question de rationnaliser davantage les richesses forestières que contiennent les forêts de deux pays.

Dans cette optique, le ministre de l'Environnement et développement durable de la RDC, Amy Ambatobe et son homologue de la République du Congo, Arlette Soudan Nonault, ont échangé le samedi 10 février à Kinshasa sur la nécessité de mettre en place une coordination pour la protection et la valorisation des tourbières, récemment découvertes par les scientifiques en RDC et au Congo Brazzaville.

La séance de travail qui a réuni les experts de deux pays a permis à ce derniers de planifier les actions conjointes à mener dans le cadre de la promotion de ces tourbières afin de les valoriser au profit des populations et de la planète, mais surtout, d'attirer des financements conséquents pour la protection de ces gigantesques réserves de carbone, les premières au monde.

Dans un communiqué conjoint qui a marqué la fin de travaux de Kinshasa, les représentants de deux pays ont réitéré leur engagement à travailler en synergie pour la protection de ces tourbières qui, selon les experts, jouent un rôle important dans la séquestration de carbone.

Par la même occasion, les deux parties ont promis de continuer à sensibiliser les populations congolaises à l'importance des tourbières ainsi qu'à leur protection.

Pour ce faire, il a été convenu l'organisation, à Brazzaville, au mois de mars prochain, de la 3ème réunion des partenaires de l'Initiative mondiale sur les tourbières (IMT). À ce sujet, l'option de la mise en place d'un comité conjoint pour l'organisation de ladite rencontre a été levée.

Hormis la RDC, la réunion de Brazzaville devra regrouper les autres pays des régions tropicales couvertes par les tourbières, à savoir l'Indonésie et le Pérou. La rencontre de Brazzaville devra également favoriser le renforcement des capacités de parties prenantes pour la conservation, la restauration et la gestion à long terme des tourbières.

À Brazzaville, il sera également question de trouver un consensus sur la vision à l'horizon 2050, les objectifs stratégiques 2020-2030 ainsi que les étapes-clés pour une action conjointe de 2018-2020 par les partenaires de l'IMT.

Rappelons que les tourbières récemment découvertes dans la cuvette centrale (RDC-Congo-Brazzaville), couvre environs 145.000 kilomètres carré. Ces espaces marécageux ont piégé près de 30 milliards de tonnes de dioxyde de carbone.

Le stock de carbone qui est piégé dans cette tourbière équivaut à trois ans d'émissions mondiales liées aux énergies fossiles ou à vingt années des émissions des États-Unis liées aux énergies fossiles ou autant que l'ensemble du carbone stocké au-dessus du sol dans les 228 millions hectares des forêts du bassin du Congo.

Congo-Brazzaville

Economie bleue - L'expertise de Brazzaville sollicitée au Kenya

La République du Congo prendra part, du 26 au 28 novembre à Nairobi, à la conférence sur… Plus »

Copyright © 2018 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.