Afrique du Sud: Jusqu'où peut aller Jacob Zuma?

Ace Magashule, secrétaire général de l'ANC, lors de la conférence de presse au cours de laquelle il a confirmé que le président Jacob Zuma avait été rappelé.
13 Février 2018
analyse

En Afrique du sud, Jacob Zuma a été sommé de démissionner par son parti, le Congrès national africain, au pouvoir. Une injonction à laquelle il refuse pour l'instant de se plier, préférant attendre la fin de son mandat.

Depuis son élection à la tête de l'ANC, en décembre 2017, Cyril Ramaphosa multiplie les manœuvres, visant à obtenir le départ du pouvoir, de Jacob Zuma, empêtré dans plusieurs scandales de corruption présumés.

Sur le papier, la partie semble terminée pour Jacob Zuma qui, depuis plusieurs mois, voir même plusieurs années, était contesté par la plupart de ses adversaires politiques. Une contestation qui est en train de gagner du terrain au sein de son propre parti l'ANC qui, au cours d'une réunion a exigé ce lundi sa démission.

Mais, Jacob Zuma refuse d'abdiquer et aurait réclamé de rester encore trois à six mois à la tête de l'Afrique du Sud. Une requête refusée par la direction de l'ANC.

Alors, que peut faire le Congrès national africain si le président sud-africain s'obstine à s'accrocher à son fauteuil ? "La première, c'est de lui faire un vote de non confiance, un vote de défiance qui devrait avoir lieu le 22 février. Si ce vote de défiance est majoritaire à 50%, il sera obligé de partir et il y aura des nouvelles élections qui seront immédiatement organisées. La deuxième solution, c'est l'impeachment, mais l'impeachment, ca veut dire que des poursuites judiciaires sont déjà engagées. C'est un peu plus compliqué et ca prendra donc plus de temps. C'est une majorité plus forte qu'il faut pour le voter. Il faut une majorité de 2/3. Bon, s'il veut démissionner, après tout ça se négocie et je crois que c'est ce qui se passe en ce moment, et c'est là la difficulté. Zuma, il ne veut pas aller en prison", répond Anne Dissez, une spécialiste de l'actualité politique en Afrique du Sud.

Motion de défiance

Face au refus de Jacob Zuma de démissionner, le Congrès national africain, l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud, se verra obligé de déposer dès ce jeudi, une motion de défiance au Parlement. La motion de défiance au parlement le 22 février prochain va t-elle permettre de faire tomber Jacob Zuma ? "D'abord, c'est la caractère de Zuma. Il n'est pas du tout dans la situation de Thabo Mbeki il y a dix ans. Zuma a un caractère très fort et très opiniâtre il ne veut pas partir et il va les embêter jusqu'au bout. Et l'ANC est tellement divisée et les Sud-africains sont tellement anti-Zuma", rétorque Anne Dissez.

L'opposition se frotte les mains

Face à cette crise politique, plusieurs partis d'opposition sud-africains, ont demandé la dissolution du Parlement et l'organisation d'élections anticipées qui, selon eux, éviteraient au pays de sombrer dans le chaos. "Zuma a violé la Constitution et le Parlement a échoué à lui demander des comptes", a déclaré Mmusi Mainmane, le chef du principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique. "Nous devons avoir une dissolution du Parlement et des nouvelles élections", a-t-il ajouté.

Pour l'heure, Jacob Zuma fait la sourde oreille et il devrait donner une réponse ce mercredi à l'ultimatum de l'ANC.

Voici l'analyse de Marianne Séverin, politologue, et et spécialiste de l'Afrique du Sud.

Conformément à la Constitution du pays, si le président de la République démissionne, il sera remplacé par le vice-président du pays, par ailleurs, président du parti au pouvoir, l'ANC, qui n'est autre que Cyril Ramaphosa. Par contre, en cas d'un vote de défiance, c'est la présidente du Parlement qui devra assurer l'intérim jusqu'à l'élection par les députés de Cyril Ramaphosa, dans un délai de trente jours.

Ajoutons que le président Jacob Zuma est empêtré dans plusieurs affaires de malversations financières. Son nom est lié à celui de la sulfureuse famille d'hommes d'affaires Gupta, au cœur de plusieurs affaires de détournements de fonds ou de trafic d'influence.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.