13 Février 2018

Sénégal: Contentieux USO-Stade de Mbour - Me Augustin Senghor en appelle à "plus de retenue"

Dakar — Le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Augustin Senghor, a appelé mardi à "plus de retenue" dans la gestion du contentieux entre l'US Ouakam et le Stade de Mbour en vue d'apaiser la situation entre les deux clubs.

Huit supporteurs mbourois ont trouvé la mort lors d'incidents ayant opposé supporteurs du Stade de Mbour à ceux de l'US Ouakam, le 15 juillet dernier, lors d'une finale de la Coupe de la Ligue, au stade Demba Diop, à Dakar.

L'US Ouakam, reconnue "exclusivement responsable" de ces incidents, la Fédération avait requis une suspension de cinq ans du club ouakamois et sa rétrogradation en division régionale, une décision cassée par le Tribunal arbitral du sport en janvier dernier.

Le TAS a ordonné la réintégration de l'US Ouakam au sein de l'élite du football sénégalais, une décision qui a ravivé la tension entre les deux clubs, le Stade de Mbour continuant de contester et de réclamer justice pour ses morts

"Il faut panser cette blessure qui a affecté tout le monde. Cela passe d'abord par un comportement responsable des dirigeants du football, fédération, ligue professionnelle, ceux de Mbour et de l'USO", a-t-il déclaré.

Le président de la FSF, invité des "Rendez-vous" de l'Association nationale de la presse sportive (ANPS) estime que "tout le monde doit avoir plus de retenue et regarder ce qui nous lie et non ce qui nous désunit"'.

"Je vais essayer auprès de mes collègues pour qu'on trouve une solution" à ce contentieux, a-t-il dit, rappelant avoir déjà commencé à parler avec le président du Stade de Mbour, Saliou Samb.

Selon Me Augustin Senghor, la meilleure manière de tirer les leçons des incidents du 15 juillet, "ce n'est pas de promouvoir l'oubli mais le pardon".

"Le sport est fait pour unir et non pas pour désunir, il faut apaiser la situation et faire de sorte que le football continue. On doit mettre en avant l'intérêt des jeunes qui vivent de ce sport", a-t-il insisté.

"Le football ne nous appartient pas et ce n'est pas parce que nous en sommes les dirigeants, que nous devons le prendre en otage, et je suis certain que les sportifs mbourois et ouakamois sont capables de dépassement", a souligné Me Senghor.

La Fédération sénégalaise va y travailler en faisant appel au soutien des autorités, a-t-il indiqué.

"Un football qui marche est souvent secoué par des crises qui sont des manifestations de croissance quand on sait en tirer les leçons, et nous devons tirer les leçons du 15 juillet dernier", a insisté le président de la FSF..

Sur cette affaire, la Fédération n'a fait qu'appliquer les recommandations du Tribunal arbitral du sport (TAS) qui a annulé les décisions des instances sénégalaises sur cette affaire, relève le présdent de la FSF.

Sénégal

Décès de Kofi Annan, ancien SG de l'ONU (médias)

Le ghanéen, Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'Organisation des Nations-Unies (ONU),… Plus »

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.