13 Février 2018

Cote d'Ivoire: Déchets toxiques - Les victimes membres du RENADVIDET-CI projettent un sit-in devant la RTI à Cocody

Le bureau exécutif du Renadvidet-Ci a annoncé que les victimes viennent de saisir le Procureur de la République. Et cela, conformément aux recommandations de la 39ème Assemblée Générale de la Commission nationale des droits de l'homme de Côte d'Ivoire (Cndhci) à l'effet de mettre en exécution les condamnations en cause.

Les victimes des déchets toxiques membres du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d'Ivoire (Renadvidet-Ci) projettent un sit-in pacifique de la maison de la télévision publique, dans la commune de Cocody.

Au cours d'un point-presse ce mardi 13 février 2018, à Abidjan-Adjamé, le bureau exécutif de Renadvidet-Ci, présidé par Charles Hanon Koffi a expliqué les raisons de cette manifestation à venir. Charles Koffi a soutenu qu'il ne comprend pas pourquoi la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti) ne couvre pas leurs activités. Et de préciser que la dernière demande date du 17 janvier 2018.

A la vérité, le Renadvidet-Ci s'insurge contre le passage de Gohourou Claude, sur les antennes de la Rti, en procès devant les tribunaux. « Suite aux passages de Gohourou Claude dans les journaux télévisés du vendredi 09 février 2018 à 20H et samedi 10 février 2018 à 13h30 et 15h à la faveur d'une conférence de presse organisée par lui pour informer l'opinion sur le nouveau recensement des victimes des déchets toxiques entrepris par sa structure, le Bureau exécutif du Renadvidet-Ci a saisi le Préfet d'Abidjan l'informant de la tenue d'une manifestation pacifique devant la maison de la Rti, le 22 Février 2018 à 9h30 mn pour exiger la démission du Directeur Général de la Rti », a indiqué Charles Koffi.

Poursuivant, il dénonce la part belle que fait la chaîne publique à M. Gohourou qui, a-t-il rappelé, est « sous le coup d'une condamnation à 20 ans de prison ferme pour des actes d'abus de confiance, de complicité d'abus de confiance et de blanchiment de capitaux ». Cette affaire, précise-t-il portant sur la somme de 4,658 milliards de F CFA destinés à l'indemnisation de 6.624 victimes des déchets toxiques, membres du Renadvidet-Ci.

Selon lui, les victimes estiment que « la Rti organe de l'Etat est devenu un instrument de propagande des faussaires et des imposteurs ». Par ailleurs, le bureau exécutif du Renadvidet-Ci a annoncé que les victimes viennent de saisir le Procureur de la République. Et cela, conformément aux recommandations de la 39ème Assemblée Générale de la Commission nationale des droits de l'homme de Côte d'Ivoire (Cndhci) à l'effet de mettre en exécution les condamnations en cause.

C'est en août 2006 que le Trader Trafigura a déversé 500 tonnes de déchets toxiques dans le district d'Abidjan et ses banlieues.

Cote d'Ivoire

Décès de Kofi Annan - Le SG de l'ONU, Antonio Guterres, salue "la mémoire d'un mentor"

L'actuel Secrétaire général (Sg) des Nations unies, Antonio Guterres, salue la mémoire de… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.