14 Février 2018

Burkina Faso: Universite Ouaga I Joseph Ki-Zerbo - La Fesci/Bf exige le départ des forces de l'ordre

La Fédération estudiantine et scolaire pour l'intégrité au Burkina Faso (FESCI/BF) était face à la presse le 13 février 2018 à Ouagadougou, au sein du campus de l'université Ouaga I Pr Joseph KI-Zerbo.

C'était d'une part, pour faire le bilan de son Assemblée générale tenue le 8 février 2018 à l'issue de laquelle une plateforme revendicative a été adoptée et de l'autre, présenter son nouveau Secrétaire général national.

C'est une liste de 17 points de revendications que la Fédération estudiantine et scolaire pour l'intégrité au Burkina Faso (FESCI/BF) a présentée à la presse ce 13 février 2018 à Ouagadougou, au sein du campus de l'université Ouaga I Pr Joseph KI-Zerbo.

Cette plateforme a été adoptée lors d'une Assemblée générale qui s'est tenue le 13 février 2018. Selon Noël Togo, Secrétaire national à l'information de la FESCI/BF, l'AG a été une aubaine pour «les camarades étudiants, de féliciter le nouveau Bureau exécutif national de la FESCI/BF et de réitérer leur soutien et leur attachement farouche aux idéaux de la Fédération».

Lors de cette AG, les membres de la FESCI/BF sont revenus sur certaines questions d'urgence qui, selon eux, doivent trouver impérativement des réponses.

Au nombre de ces préoccupations, la FESCI/BF a fait cas de l'inaccessibilité du Master à tous les étudiants des universités publiques du Burkina Faso, quand bien même ils sont dans le système LMD (Licence, Master, Doctorat), du non- achèvement des travaux de bitumage et de construction des bâtiments et leur équipement en vidéo- projecteurs de l'Université Ouaga I Pr Joseph KI-Zerbo et de la présence de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) au sein des universités publiques.

Sur ce dernier point, le nouveau Secrétaire général national de la FESCI/BF, Augustin Dapougdi Pallo, a été catégorique. « Nous demandons le respect des franchises universitaires.

La CRS était venue pour une mission précise qui était de calmer la tension qui existait entre-temps sur le campus. La tension s'étant calmée, on peut remettre cette CRS-là en dehors du campus pour permettre aux étudiants de continuer à vaquer à leurs occupations », a-t-il précisé.

Pour lui, à force de vouloir bien faire les choses, on risque de tout gâter. « Aujourd'hui, on peut vouloir bien faire les choses et en même temps, en gâter certaines.

C'est pourquoi les étudiants qui se sont réunis à l'amphi A600, le 8 février dernier, ont demandé le départ pur et simple de cette compagnie-là, qui est installée sur nos différentes universités », a conclu Augustin Dapougdi Pallo.

A l'en croire, les composantes d'une université au Burkina Faso, vont de l'administration aux enseignants en passant par les étudiants et le personnel. « A ce que nous sachions, a-t-il dit, il n'est écrit nulle part que la CRS fait partie des composantes de nos universités ».

Selon eux, cette présence des CRS sur le campus pourrait bien étouffer les activités des étudiants. Augustin Dapougdi Pallo et ses camarade ont, par ailleurs, exigé que le niveau de recrutement de certains concours de la Fonction publique qui est la Maîtrise soit ramené au niveau Licence pour, ont-ils dit, permettre à tous les étudiants d'avoir la même chance de postuler. Ils estiment que tous les étudiants n'ont pas la possibilité d'avoir accès au Master.

Burkina Faso

Reprise du procès du putsch manqué

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 a repris hier, 16 août 2018, à la salle des… Plus »

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.