14 Février 2018

Congo-Kinshasa: Convergence !

opinion

A l'issue de la tripartie Luanda-Kinshasa-Brazza, le verdict est sans appel en faveur des élections et contre, sans équivoque, toutes tentatives de prise de pouvoir par des moyens autres que ceux décris dans la loi des lois de la République Démocratique du Congo.

A savoir, la constitution. Quid des affrontements suite aux marches et des revendications à la base de ce matraquage des pavés par les laïcs catholiques et l'Opposition ? Silence. Rien n'a été dit. Du moins, dans le communiqué final. Faut-il lire là une convergence absolue entre ces Chefs d'Etat ? Répondre qui peut.

Quoi qu'il soit dit, les politiques d'ici et d'ailleurs ne jurent que par les élections au Congo-Kinshasa. Oui, c'est là le plus grand des constats. L'Opposition ne cherche pas à se dérober face aux urnes. Le Pouvoir se plait, aussi, à dire, ces derniers jours, que la marche vers ces joutes attendues depuis est, désormais, irréversible. D'ordinaire, du moins, dans le langage du commun des hommes, aucune divergence n'est à établir. Hélas, il y a en et pas qu'un peu ...

Si chaque partie a les élections dans la bouche, les chemins pour y parvenir sont plus que différents dans les cœurs et les esprits. Et, contrairement à l'adage séculier qui voudrait que tout chemin mène à Rome, cette fois, ce Rome ci, n'est pas à atteindre selon les humeurs de chacun.

C'est la CENI qui a le monopole de décrire ce cap, d'ordinaire. Mais, sa route ne fait mouche. Ces vues jugées pas très catholiques pour l'Opposition, mais épousées par le pouvoir. Le train des élections est rebuté. Il faut dire que le décor de la loi électorale et les affirmations de certains communicateurs de la Majorité sur ces innovations n'ont pas eu à rassurer les opposants radicaux. Qui, depuis Adam et Eve, n'ont jamais eu de cesse d'accuser de tous les péchés d'Israël, à raison pour certains, à tort disent quelques autres, de bien de péchés sur fond de vouloir rester aux affaires ad vitam aeternam par tous les moyens possibles.

Le son de cloche de l'Eglise Catholique laisse entendre que même du côté des "sages-femmes " de l'Accord de la Saint Sylvestre, voulu comme feuille de route jusqu'à la sortie de la crise actuelle, la marche vers les élections du 23 décembre 2018 n'est pas que rose. Décembre 2017, la CENCO avait pourtant accepté de tolérer, comme bien d'autres pays et organisations internationales, le calendrier électoral. Aujourd'hui, dans cette marche vers les élections 2018, c'est la décrispation et les mesures de confiance qui sont prônées. Ce, pour une et une seule donne : l'inclusivité des élections à venir. Pour plus d'un, c'est là la garantie de voir la pilule électorale de décembre 2018 guérir la crise qui sévit en RDC depuis 2016. Demande pas exaucée jusque-là et qui fait l'objet des marches dont une est prévue ce 25 février.

Donc, tous veulent des élections ? Il est aisé de répondre par l'affirmatif, bénéfice du doute accordé à tous. Mais, d'où vient que le langage n'est pas le même ? Pourquoi, jusqu'à présent, la convergence en matière de tenue d'élections n'est que parallèle ? La convergence de bouche ne saurait sauver le navire Congo. Seule celle des cœurs pourrait y parvenir. Soyons responsables et sérieux !

Congo-Kinshasa

RAWBANK - La banque "la plus sûre" en République Démocratique du Congo

RAWBANK prend la première place en RDC du classement 2018 des banques les plus sûres établi par le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.