15 Février 2018

Burkina Faso: Gouvernance - L' ambassadeur des Etats-Unis s'enquiert des problèmes syndicaux

Cette visite de courte durée, a permis à Andrew Yang, de revisiter les situations auxquelles font fassent les populations, les conditions de vie des travailleurs, l'économie du pays, les questions liées aux étudiants etc. «Nos deux pays ont beaucoup avancé à travers le travail des mouvements organisés des travailleurs pour faire avancer la qualité de vie des uns et des autres.

Parce que nous avons le souci de trouver un équilibre pour faire avancer nos deux pays. J'ai beaucoup apprécié le dialogue et les conseils afin de mieux comprendre les situations auxquelles font fassent les populations», a laissé entendre Andrew Yang.

Pour le diplomate, l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 est une marque de fabrique du Burkina à travers laquelle, le peuple s'est sacrifié pour mettre en œuvre sa démocratie.

«Je suis à la quête de mieux comprendre afin de donner des informations justes à mon pays pour que les partenaires dans tous les domaines, convergent dans la même direction pour le développement économique du pays», a soutenu Andrew Yang.

Pour l'ambassadeur qui pense que le Burkina traverse une période clé de son histoire, «ce genre d'échanges permettra d'être mieux informer pour que toutes les parties prenantes, cherchent ensemble des solutions aux problèmes liées à la bonne gouvernance au Burkina.»

Tout en saluant cette initiative de l'ambassadeur, Bassolma Bazié

Est revenu sur les points clés des revendications syndicales : «Pour que le Burkina puisse bien se développer, il faut qu'il y ait une gouvernance vertueuse.

Et la gouvernance vertueuse signifie qu'il faut un regard critique au niveau du système éducatif et mettre les moyens pour produire des hommes de qualité pour prendre l'avenir du pays en mains.

Il faut de l'exemplarité dans le comportement des dirigeants». Le SG de la CGT-B a réitéré son souci à ce que les dirigeants burkinabè ne fassent pas des politiques copiées et les coller au Burkina alors qu'ils ne sont pas conforme à la vision et au bien-être des populations.

Par ailleurs, Bassolma Bazié a indiqué qu'il faut qu'il y ait justice sur les crimes de sang et des crimes économiques.

Il a enfin, souhaité de voir renforcer les relations entre le peuple burkinabè et le peuple américain. «Parce que si le politique américain arrive à poser des actes combattus par le peuple américain, le peuple américain sera soutenu par le peuple burkinabè», a-t-il martelé.

La société civile avait souhaité le retrait des bases militaires américaines du territoire burkinabè. Sur la question, M. Bazié estime que c'est parce qu'il y a des insuffisances qu'on fait appel à des forces extérieures.

«Si on investit dans un pays de sorte à ce qu'il y ait des ressources humaines compétentes bien formées pour prendre l'avenir du pays en mains, on ne ferait pas appel à des forces extérieures.

Notre position n'est pas d'opposer le peuple burkinabè au peuple américain. Que ce soit des bases militaires ou autres, si le politique américain arrive à poser des actes qui mettent en difficulté le peuple américain, c'est le devoir du peuple burkinabè de réagir», a conclu le SG.

Pour sa part, Andrew Yang estime qu'il y a toujours des forces américaines qui viennent travailler avec leurs homologues burkinabè pour confronter ensemble la menace terroriste. «C'est donc une réponse collective et je ne pense pas qu'il y ait de problèmes en ce sens», a ajouté M. Yang.

Burkina Faso

Procès du putsch manqué - « J'ai été induit en erreur par ma hiérarchie », capitaine Dao

L'audition du capitaine Abdoulaye Dao s'est poursuivie, le vendredi 21 septembre 2018, au tribunal militaire de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.