15 Février 2018

Angola: Le Ministère Public suspend la poursuite judiciaire contre le juge Raúl Araújo

Luanda — Le Bureau du Procureur général de la République a suspendu, faute de preuves, le processus d'enquête qu'il avait intenté contre le juge de la Cour constitutionnelle angolaise, Raul Araújo, à sa propre demande, a appris jeudi l'Angop à Luanda.

Le nom de Raúl Araújo avait été associé à un prétendu programme de corruption, dans une affaire millionnaire impliquant l'Angola et le Portugal dans le domaine de la justice, qui aurait oscillé entre 300 millions et 400 millions d'euros.

Dans une lettre datée le 23 novembre 2015, adressée au Bureau du procureur général de la République, Raúl Araújo sollicitait à João Maria de Sousa d'ordonner "d'enquêter sur l'ensemble du processus", pour ne pas ternir son nom ni les institutions publiques auxquelles il est lié.

"Je n'ai rien à voir avec le procès, ni avec les autres institutions mentionnées dans les informations", a déclaré Raúl Araújo à l'Angop, ajoutant que les montants impliqués dans l'affaire - faire sur une base légale et transparente - étaient bien inférieurs à 10 millions d'euros.

La notification du Bureau du Procureur général au juge auquel l'ANGOP a eu accès précise que l'enquête a conclu qu'il n'y avait pas de preuve susceptible d'accuser Raul Araújo de crime de corruption.

Le Bureau du Procureur général de la République précise qu'il n'a pas été prouvé la participation de Raul Araújo dans le négoce avec la société Merap, le bureau de l'ACPC-Avocats Associés et le ministère angolais de la Justice et des Droits de l'Homme.

L'implication présumée de Raul Araujo dans l'affaire a été annoncée par le Club K le 21 novembre 2015, avec le titre "Les juristes du régime engagés dans des contrats secrets de 300 millions d'euros pour réviser les lois de l'Angola".

Le site signalait un processus d'investigation en cours au Portugal, faisant référence à un contrat entre la firme ACPC - Avocats Associés et la Merap Consulting, évalué entre 300 millions et 400 millions d'euros, pour la modernisation de système angolais de justice.

Raul Araújo explique que son nom est mentionné dans les « informations inventées» juste pour être un des associés fondateurs de l'entreprise ACPC et assumer l'époque des faits, les fonctions de coordonnateur de la Commission de la réforme de la justice et du droit de l'Angola.

Le juge a suspendu en 2012, par voie judiciaire, sa participation aux bureaux de l'ACPC - Avocats associés, pour incompatibilité de fonctions, en raison de sa fonction de juge-conseiller auprès de la Cour constitutionnelle angolaise.

Raul Carlos Vasques Araújo, libéré de soupçons de corruption, est Angolais et marié, né à Luanda le 21 février 1954.

Angola

Le pays à la foire des pierres d'ornement

L'Angola va participer du 26 au 29 septembre à Vérone, en Italie, à la Foire des pierres d'ornement… Plus »

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.