17 Février 2018

Gabon: La filiale de Veolia au Gabon doit fermer boutique

L'Etat gabonais a mis fin à la concession qui le liait au groupe français Veolia, dont la filiale gabonaise, la SEEG, assurait la distribution de l'eau et l'électricité. A l'origine de cette rupture de contrat, une incapacité pour la société française de fournir correctement l'eau et l'électricité aux populations. L'Etat affirme aussi que les négociations pour un nouvel accord ont échoué.

La décision du gouvernement gabonais est tombée comme un coup de tonnerre. Quasiment personne ne s'attendait à une telle fermeté. Durant la première concession de vingt ans qui a pris fin l'année dernière, la SEEG et l'Etat gabonais ont eu des fortes poussées de fièvre mais n'étaient pas parvenus à une décision aussi radicale.

La situation s'est rapidement dégradée. Depuis lundi, des ONG de consommateurs ont mobilisé tous les jours des dizaines de clients devant le siège de la SEEG. Les uns réclamaient de l'eau, les autres dénonçaient des factures fantaisistes alors que d'autres exigeaient le départ du groupe français.

Jeudi, Antoine Boo, directeur de la SEEG, a été reçu au palais présidentiel par le directeur de cabinet du chef de l'Etat. Vendredi, la décision est tombée. La concession est interrompue. L'entreprise est exceptionnellement réquisitionner pour assurer le service public. Un organe ad hoc de transition assurera la gestion de l'entreprise jusqu'au départ définitif de Veolia. Dans un communiqué, Veolia regrette cette rupture brutale et la perquisition de l'entreprise par la police.

Gabon

Libreville - Une décharge à ciel ouvert

Les poubelles se rebellent et les ordures perdurent dans la capitale gabonaise. Un peu partout ailleurs, il est… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.