19 Février 2018

Tunisie: Anissa Meddeb, jeune styliste en vogue

Son credo ? Anissa s'inspire de l'esthétique nippone ; épurée, zen et minimaliste pour concevoir ses collections : «Ce que j'admire tout particulièrement, c'est cette volonté des Japonais d'intégrer des éléments traditionnels à la vie contemporaine.

Dans les rues de Tokyo, par exemple, on voit aussi bien des kimonos traditionnels que des vêtements urbains à la pointe de la mode».

C'est alors qu'elle trouve à travers la coupe, la géométrie et le tissu, d'importantes similitudes entre les vêtements traditionnels d'Afrique du Nord et les kimonos : «Dans cette même démarche de mixer le traditionnel et le moderne, ma mission est de préserver des savoir- faire ancestraux tout en proposant des collections modernes».

Née en France et ayant grandi entre Paris et Tunis, Anissa Meddeb habite désormais à New-York où elle suit une formation à la Fashion Institute of Technology, ce cursus ayant pour objectif d'aider les jeunes designers à développer leur projet.

Si Anissa vit désormais aux Etats-Unis, elle s'est fait connaître de l'autre côté de l'Atlantique, à Tunis, en y présentant en 2016, sa première collection intitulée Interfaces : a visual dialogue. «Très vite, la collection a été repérée par Fashion Scout, un organisme basé à Londres qui a comme mission de promouvoir la jeune création», assure-t-elle.

Sélectionnée parmi les quatre créateurs, «to Watch» lui a permis de faire défiler deux collections successives lors de la Fashion Week de Londres en septembre 2016 et février 2017.

Mais surtout de lui donner une visibilité internationale. De célèbres magazines, à l'instar de Vogue et de Forbes ont alors plébiscité le travail de la jeune styliste.

Enfant, Anissa avait déjà la fibre créative : «J'ai commencé à esquisser des croquis de mode toute jeune. Ma maman a gardé des carnets avec des dessins de vêtements réalisés à l'âge de huit ans. A côté, j'écrivais déjà des commentaires sur les tissus».

A 24 ans, aujourd'hui, Anissa Meddeb déborde d'énergie. Auto- entrepreneuse, elle doit gérer à la fois la création, la production, la commercialisation et la communication de ses collections.

Pour cette acharnée de travail qui se définit comme une «workaholic», la passion et la détermination semblent être deux qualités essentielles pour mener à bien son projet : «Quand j'ai une idée en tête, je ne peux pas m'arrêter, je dirais que je suis même un peu têtue !».

Tunisie

Le choix du retour au dialogue

Finalement, la rencontre tant attendue Youssef Chahed-Noureddine Taboubi a eu lieu, lundi soir, suite à une… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.