20 Février 2018

Afrique: Noix de cajou - La Côte d'Ivoire conserve sa position de 1er producteur mondial

En 2017, la Côte d'Ivoire a réalisé une production de 711 236 tonnes de noix de cajou, soit la moitié de la production en Afrique de l'Ouest et 22% de la production mondiale a appris le journal de l'économie malienne (LEJECOM) auprès de Bloomfield Investment.

Selon l'agence de notation panafricaine spécialisée dans l'évaluation du risque crédit basée à Abidjan, la Côte D'ivoire conserve ainsi sa position de 1 er producteur mondiale.

Vingt-neuf (29) unités de transformation ont été identifiées pour une capacité théorique de 109 500 tonnes, soit environ 16% de la production nationale.

Les volumes transformés localement ont atteint 44 628 tonnes en 2017, soit 6,62% de la production nationale. Pour la campagne 2018, la production est attendue à 750 000 tonnes, ajoute la même source.

Cote d'Ivoire

Fonction publique - Sortie de la première promotion d'Attachés de direction

La première promotion des Attachés de direction au nombre de 105 (103 femmes et 2 hommes) issue du… Plus »

Copyright © 2018 Le journal de l'économie Malienne. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.