20 Février 2018

Burkina Faso: Etienne Atger - « Nous voulons relever le défi des malédictions endémiques des pays producteurs de minerais »

interview

Le dynamisme économique du Burkina tout comme sa place dans le monde de l'extraction aurifère et les politiques incitatives de son gouvernement sont entre autres raisons qui ont motivé la société minière de droit burkinabè, Barksanem™ à voir le jour en 2011.

Dans sa vision du développement durable et pour être davantage en phase avec les réalités du terrain, Barksanem™ a été mise en veille. Mais voilà, que cette société minière refait surface et sera de nouveau opérationnelle dans les tous prochains mois au Burkina.

Pour comprendre davantage l'évolution des choses et mieux connaître l'entreprise, nous avons échangé avec Etienne Atger, directeur général de Barksanem™.

Il nous apprend que le savoir-faire de Barksanem™ sera disponible via une licence au niveau international et que, nous confie Etienne Atger, toute l'équipe Barksanem™ finalise cette licence en vue de sa commercialisation prochaine.

 Il est dit que là où se trouve l'or, la malédiction n'est pas loin. Alors pourquoi vous avez choisi de dénommer votre entreprise « Barksanem » qui signifie en langue nationale mooré « or de bénédiction » ?

Notre expérience dans le domaine minier en Afrique démontre une évidence : l'exploitation des richesses du sous-sol est trop souvent source de pauvreté, de conflits, de dégradation de l'environnement, symptomatiques d'un cercle économique vicieux.

Confrontés à ces réalités, nous avons choisi d'arrêter nos travaux miniers pendant un certain nombre d'années afin de travailler à des solutions concrètes.

Pour relever le défi de ces malédictions endémiques des pays producteurs de minerais, nous avons alors choisi le nom « Barksanem™ » pour notre société qui devenait une évidence et comme une déclaration d'intention que nos amis burkinabè pouvaient percevoir sans mal !

Comment peut-on présenter cette entreprise ?

Barksanem™ est une société minière de droit burkinabé créée en 2011, puis mise en veille pendant quelques années afin de pouvoir trouver des solutions aux problématiques rencontrées sur le terrain de l'exploitation minière.

La constitution de la société Barksanem™ (BSM™) (www.barksanem.com) se fonde sur des constats de terrain et sur une vision précise du développement durable des territoires, en phase avec les enjeux de transformation décrits dans diverses chartes internationales.

Sur la base de nos travaux et de nos précédentes expériences dans le domaine minier dans les années 2000, toujours au Burkina Faso, nous avons créé une société sœur aux USA qui commercialise sous licence un ensemble de technologies (extraction de métaux précieux - or en particulier - monnaie digitale, traçage... ) et ayant pour cible finale l'autonomie économique et environnementale des micro-communautés (50 à 500 équivalents habitants).

Dans le cas des communautés minières, notre cœur de cible, notre approche intègre l'extraction et la monétarisation des minerais, supports essentiels de l'autonomie économique préalable à l'autonomie énergétique et à l'autonomie écologique par le traitement de l'eau, de l'air et des sols.

Des sociétés minières au Burkina Faso ont parfois eu maille à partir avec les populations où elles se sont installées. L'une des raisons réside souvent dans la question de l'emploi des jeunes de la localité. Avez-vous une politique dans ce sens ?

Notre approche est une approche dite territoire. Elle permet de prendre en considération l'ensemble des réalités et des problématiques d'un territoire donné, de travailler de concert avec les autorités traditionnelles comme administratives et surtout d'inscrire les activités minières et toutes celles qui lui sont associées, à la vie et au développement de ce territoire.

En d'autres termes, Barksanem™, devient partie prenante de ce territoire. Ce faisant, une des premières initiatives de l'entreprise, quand les travaux géologiques débutent, puis lors de l'installation des structures et finalement quand les travaux d'extraction et de traitement des minerais débutent, est d'intégrer la main-d'œuvre disponible sur place et donc particulièrement celle des jeunes.

Ce recrutement se fait en concertation directe avec la chefferie et de telle manière que les travaux dans lesquels pourraient par ailleurs s'impliquer ces jeunes n'en souffrent pas (ceci est particulièrement important pour les travaux des champs en saison des pluies).

Pour chaque activité en relation avec les activités minières, des formations in situ seront prodiguées afin que chacun trouve sa place dans ces activités.

L'activité minière au Burkina Faso est-elle aussi importante pour que « Barksanem™ » trouve un intérêt pour s'y installer ?

Notre histoire remonte au temps de la Haute-Volta quand le directeur général de Barksanem™, alors enfant, habitait cette région du continent et voyageait régulièrement dans le pays.

Puis plus tard, quand il effectuait de nombreux voyages au Burkina Faso, dans le cadre d'activités de développement au sein d'une ONG où travaillait aussi le directeur des Opérations de Barksanem™.

En plus de notre connaissance du terrain, le dynamisme économique du pays, sa place dans le monde de l'extraction aurifère, les politiques incitatives du gouvernement, font du Burkina Faso un pays particulièrement attractif pour le développement de nos activités.

Un point important quant à notre implantation dans le pays. Nous avons choisi de nous limiter à l'implantation d'activités artisanales et semi-mécanisées et non d'aller vers la petite mine ou la mine industrielle.

Les raisons sont à trouver dans notre approche territoire qui fait que l'activité minière s'intègre réellement à la communauté villageoise et/ou minière et que cette activité fait pleinement partie du développement dudit territoire. Ce qui serait objectivement difficile à vivre dans le cadre d'activités industrielles par exemple.

Quels sont les socles sur lesquels votre entreprise fonde ses projets ?

L'équipe de base qui constitue le management de Barksanem™ démontre clairement des expertises complémentaires essentielles pour l'accomplissement de nos intentions.

Connaissance du continent et en particulier de la région Afrique de l'Ouest, connaissance des métiers de la mine artisanale, connaissance du développement et du développement durable en particulier, compétence sur le plan managérial, etc, sont quelques-uns des éléments de notre CV collectif !

Au-delà de cela, conscient des enjeux et des limites de nos compétences, nous avons su nous entourer de partenaires parfaitement complémentaires dans le domaine de la création d'une monnaie digitale, de la traçabilité, mais aussi sur le plan de l'agriculture en économie d'eau, de la remédiation des sols, de la dépollution, du suivi santé, etc.

Qu'est ce qui se cache derrière l'offre de « Barksanem™ » en parlant de développement économique durable par l'innovation minière ?

L'intention de Barksanem™ n'est pas d'exploiter les richesses du sous-sol jusqu'à leur épuisement et de partir. Par notre approche, nos intentions et nos compétences, nous souhaitons qu'un territoire d'implantation de nos activités soit sur le chemin concret du développement, toujours dans le respect des traditions, et ceci bien après notre départ.

C'est pourquoi nous intégrons à notre démarche non seulement des formations permettant de valoriser les ressources humaines, naturelles et économiques d'un territoire (dans le domaine minier pour améliorer les pratiques, dans le domaine de l'environnement et de la gestion des terres arables-reboisement par exemple- sur le plan agricole en économie d'eau, etc.), mais aussi par la création d'une monnaie digitale, adossée aux banques, de favoriser l'économie de troc, et encore proposer la bancarisation des non-bancarisés. Cet aspect particulier permettrait aussi aux néo-bancarisés d'avoir accès à un certain nombre de services contribuant au développement (micro-crédits, suivi santé, scolarisation, etc.)

Quel avantage propose « Barksanem™ » aux populations rurales pour ce qui serait de sa responsabilité sociale et environnementale ?

Un des principes de Barksanem™ se résume dans ce slogan : « l'innovation dans le respect de la tradition »©. En finalité, tout en permettant de devenir une société minière prospère, la licence BSM™ contribue à produire, par l'activité minière, des dynamiques vertueuses pour les micro-communautés sur le plan économique, social et environnemental :

Projets agricoles (alternatives économiques pour les femmes et les enfants), éducation, santé, accès à l'eau et à l'assainissement, solutions énergétiques... Dépollution des sols et des eaux de surface, remédiation des terres arables, reboisement, phytomining (traitement des jus riches par les plantes).

L'enregistrement des orpailleurs sur les sites de Barksanem™, mais aussi ailleurs et si possible sur tout le pays, permettra d'avoir accès à des informations jusqu'à présent très incomplètes, sur une population difficile à accompagner de par sa mobilité, sa fragilité et les difficultés d'intégration rencontrées dans bien des endroits dans le pays comme dans la plupart des pays où l'extraction minière est au cœur de leur économie.

Burkina Faso

3 gendarmes aux trousses de ravisseurs tués dans une embuscade

Au Burkina Faso, trois gendarmes aux trousses des ravisseurs de trois personnes enlevées dimanche 23 septembre… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.