20 Février 2018

Afrique: Paix et sécurité - L'insécurité mondiale en 2017 aggravée par la multiplication des conflits

L'affirmation est du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), lors de la conférence annuelle sur la politique de sécurité internationale, tenue le 18 février, à Munich, en Allemagne.

À la cérémonie d'ouverture de la conférence, Antonio Guteress a précisé que « Les conflits deviennent de plus en plus interdépendants et de plus en plus liés à une nouvelle menace terroriste mondiale pour nous tous », ajoutant que « Les menaces mondiales et la multiplication des conflits aux conséquences humanitaires dévastatrices ont été les deux changements qualitatifs de l'année dernière, qui ont aggravé la situation sécuritaire mondiale » .

Pour la première fois, depuis la fin de la guerre froide, a fait remarquer le patron de l'ONU, le monde est confronté à la menace des armes nucléaires et des missiles à longue portée posés par la République populaire démocratique de Corée, qu'il appelle « un développement fait en totale contradiction avec la volonté de la communauté internationale et en violation flagrante de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité ».

Le secrétaire général a indiqué qu'il était essentiel de maintenir « des pressions significatives sur la Corée du Nord pour créer une opportunité d'engagement diplomatique sur la dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne dans un cadre régional ». « Les deux parties prenantes clés liées à cette crise, les Etats-Unis et la Corée du Nord », a-t-il soutenu, doivent être capables de « se réunir et d'avoir une discussion sérieuse sur ces questions ».

Le deuxième changement concerne le Moyen-Orient au sens large, qui, selon lui, s'est transformé en un « nœud gordien », avec différentes lignes de fracture interconnectées qui ont créé un véritable bourbier.

Mettant en exergue le conflit israélo-palestinien et les guerres en Syrie, au Yémen et en Libye, António Guterres a déclaré : « Aujourd'hui, tout le Moyen-Orient est devenu un véritable gâchis ».

A cet effet, le secrétaire général de l'ONU a mis en garde contre l'absence d'une vision commune dans la région et a déclaré que même si les intérêts sont contradictoires, les menaces que représentent ces conflits justifieraient certains efforts de rapprochement.

En ce qui concerne la cybersécurité, Antonio Guteress a appelé de tous ses vœux à une discussion sérieuse sur le cadre juridique international dans lequel se déroulent les cyberattaques.

Il a, en outre, assuré que « les Nations unies seront prêtes à être une plate-forme dans laquelle différents acteurs pourraient se réunir et discuter de la voie à suivre, afin de trouver les approches adéquates pour s'assurer que nous sommes capables de traiter le problème de la cybersécurité ».

Afrique

Distinction - Le prestigieux prix Nansen de l'ONU attribué à un chirurgien sud-soudanais

La cérémonie de remise du Prix pour l'année 2018 au lauréat, le Dr Evan Atar Adaha, aura… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.