20 Février 2018

Afrique: Migrations - L'ONU lance de vastes négociations sur un Pacte mondial

La tractation de longue haleine qui a débuté le 20 février, devra aboutir à la signature les 10 et 11 décembre lors d'un sommet au Maroc, d'un document international sur les migrations non contraignantes, un sujet considéré comme un défi majeur pour le monde entier.

Tous les Etats membres des Nations unies sont concernés par les négociations, à l'exception des Etats-Unis. Il s'agira de six rounds de discussions qui se tiendront à New York, à raison d'un seul par mois, notamment jusqu'en juillet, selon un projet de texte de l'accord.

Dénommé Accord mondial pour des migrations sécurisées, ordonnées et légitimes, ce projet a pour objectif « d'accroître la coopération sur les migrations internationales dans toutes leurs dimensions ». Il souligne « qu'aucune nation ne peut affronter seule le phénomène migratoire ». « Il est crucial que la migration internationale nous unisse plutôt qu'elle nous divise. », insiste le projet.

Evoquant la situation des Etats-Unis qui ont annoncé fin 2017 se retirer de l'élaboration de ce Pacte en raison de dispositions contraires à la nouvelle politique d'immigration du président Donald Trump, les diplomates soulignent que « la porte reste ouverte ». Ils assurent que l'absence américaine ne constitue pas un obstacle à l'obtention d'un accord. Il convient de rappeler que Washington a des relations très tendues avec le Mexique voisin, sur la question migratoire.

Tenant compte du fait que pour certains pays, la question est très sensible et que les négociations seront complexes, le projet d'accord invoque la nécessité d'une « compréhension mutuelle » du phénomène migratoire et la nécessité qu'il suscite des « responsabilités partagées » et « une unité de vues ».

Dans le but de régler la question des migrants, le texte a arrêté vingt-deux mesures concrètes comme collecter des données, fournir des papiers d'identité aux migrants, qui en sont dépourvus, accorder un soin particulier aux femmes et aux enfants, fournir aux migrants un accès aux services sociaux ou empêcher toute discrimination. Cela s'avère nécessaire, puisqu'au-delà des mouvements de la population provoqués par des conflits, plusieurs experts estiment que d'autres migrations massives vont être déclenchées par le réchauffement de la planète.

Le lancement des négociations sur les migrants intervient alors que dans un rapport en lien avec le projet de ce Pacte rendu public début janvier, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, soulignait que les Etats membres de l'organisation internationale devaient se préparer à gérer de larges mouvements de migrants. « Il y a un besoin urgent pour les Etats membres de développer une stratégie pour gérer de larges mouvements de migrants .», faisait-il valoir dans son document, en mettant en garde « les autorités qui érigent des obstacles majeurs à la migration - ou imposent de sévères restrictions sur les opportunités de travail des migrants ».

Estimant que cette manière de faire entraîne « des dommages économiques inutiles » et « encourage involontairement la migration illégale », Antonio Guterres avait appelé à développer auprès de la population mondiale une perception « positive » des migrations afin de lutter contre la xénophobie et les discriminations. « Les migrations doivent être un acte d'espoir et non de désespoir .», avait-il souligné devant l'Assemblée générale de l'ONU.

L'institution onusienne pense que le nombre de migrants dans le monde est de deux cent cinquante-huit millions, soit 3,4% de la population mondiale.

Afrique

Le WAC patatrac

Décidément le vendredi 21 septembre 2018 laissera un bien mauvais souvenir aux cadors du football.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.