21 Février 2018

Afrique: Asec d'Abidjan tremble mais passe

Les Ivoiriens de l'ASEC Mimosas ont arraché leur qualification pour les 16es de finales, ce mercredi, face aux Buffles du Borgou, battus 3-2, au stade Houphouët-Boigny d'Abidjan.

Le match retour du Tour préliminaire disputé entre l'Asec et les Buffles du Borgou de Parakou (Bénin) n'a pas été facile pour les Ivoiriens. Devant son public, le champion de Côte d'Ivoire a peiné, avant de composter son ticket au stade Félix Houphouët-Boigny. Face à des Béninois accrocheurs, ils ont dû sortir leurs tripes pour s'imposer. L'Asec Mimosas doit plutôt, une fière chandelle à son attaquant burkinabé, Touré Amed. C'est encore ce dernier, qui lui a permis de se sauver devant la menace des Buffles. Un match intense où les Buffles, menés à deux reprises, sont revenus au score, en seconde période !

Pour le reste, l'équipe ivoirienne dominatrice dès l'entame du match, a été vite récompensée. Peu avant la demi-heure de jeu, après une belle action d'école, l'attaquant togolais Komlan Agbeniadan, d'une " Madjer", ouvre la marque (1-0, 29e). Libérés, les Ivoiriens déroulent leur jeu sans toutefois, parvenir à corser l'addition. A la pause, le score est de 1-0.

Cependant les Béninois débutent la seconde manche avec plus de détermination. Quatre minutes leur ont suffi pour remettre les pendules à l'heure. Abdel Bawa profitait d'une largesse de la défense de l'Asec pour égaliser (1-1, 49e). La joie sera de courte durée puisque trois minutes après, Badié Gbagnon, le milieu de terrain de l'Asec redonne l'avantage au champion de Côte d'Ivoire (2-1; 52e).

On croit le vainqueur de la Ligue des champions 1998 capable de marcher sur son adversaire après ce deuxième but. Que nenni ! C'est plutôt les Buffles qui font le jeu. Ce qui permet à Julien Agognon de sauter plus haut, sur un corner, pour placer une tête, imparable (2-2, 66e). Les poulains d'Amani Yao perdent leur sérénité dès cet instant. Mais, dans un sursaut d'orgueil, ils parviennent à inscrire ce but salvateur grâce à l'instinct de buteur de Touré Amed. Auteur du bit égalisateur à Cotonou, l'attaquant burkinabè de l'Asec trompe le portier des Buffles, Souradjou Soffou (3-2, 74e). L'Asec peut souffler et voir venir pour la suite de la compétition.

Réactions

Idrissou Moutari (entraîneur Buffles du Borgou)

J'ai beaucoup de regrets après cette rencontre. Nous avions nos chances de qualification. Dans le jeu, nous avons montré que nous étions une bonne équipe. Techniquement, l'Asec n'était pas au-dessus de nous. Mes joueurs ont tout donné. Maintenant, il faut retourner poursuivre le travail et revenir plus fort, la prochaine fois.

Amani Yao (entraîneur Asec)

Je ne suis pas content de la manière dont nous nous sommes qualifiés. Nous avons été trop laxistes derrière. En offrant deux buts à l'adversaire on s'est fait peur tout seul. Je suis vraiment en colère contre mes joueurs parce que ce match pouvait tourner au vinaigre pour nous.

Afrique

Le WAC patatrac

Décidément le vendredi 21 septembre 2018 laissera un bien mauvais souvenir aux cadors du football.… Plus »

Copyright © 2018 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.