22 Février 2018

Afrique: Amnesty International dénonce les "discours de haine" de certains chefs d'Etats

Photo: UN Photo /Dany Balepe
Jour de paix (archive)

Amnesty International publie aujourd'hui (22.02.18) son rapport annuel 2017-2018 qui l'état des lieux des droits humains, avec une attention spéciale accordée aux "discours de haine" de certains chefs d'Etats.

Amnesty International dénonce les discours politiques qui alimentent la peur et la division, notamment lors des campagnes électorales. L'ONG cite aussi des dirigeants particulièrement répressifs envers la presse ou les militants des droits de l'Homme.

Varsovie et Moscou dans le viseur de l'Ong

En Pologne, par exemple, le président a "renforcé son emprise sur le pouvoir judiciaire, les ONG et les médias". En Russie, "la répression exercée par Vladimir Poutine contre la liberté de parole ne s'est guère calmée, et les autorités ont arrêté plusieurs centaines de manifestants pacifiques".

Donald Trump est aussi épinglé, pour avoir pris plusieurs "mesures de lutte contre l'immigration qui menaçaient la sécurité des migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile", mais aussi pour avoir bafoué le droit des femmes ou encore avoir " publiquement soutenu la torture".

Amnesty International dénonce la répression des dissidents politiques en marge des élections du mois d'août au Kenya. En Libye, l'ONG déplore le "vide gouvernemental" qui a permis la pratique, notamment, de l'esclavage de migrants. Autres pays dont les autorités sont citées pour ne pas respecter les droits humains : l'Irak, le Soudan du Sud, la Syrie ou le Yémen, par exemple.

Le cas de l'Allemagne

Trois pages sur les 489 que contient le rapport sont consacrées à l'Allemagne. Ammesty International salue l'autorisation du mariage homosexuel en 2017, mais elle critique les nouvelles mesures préventives prises au nom de la lutte antiterroriste ainsi que certaines expulsions de demandeurs d'asile déboutés, en direction de pays dangereux, comme l'Afghanistan.

Amnesty International dénonce également dans son rapport l'autorisation des transferts d'armes à destination de gouvernements qui risquent de les utiliser contre des civils ou pour commettre de graves violations du droit international.

En savoir plus

Rapport biaisé

'Les autorités ont continué de restreindre les droits à la liberté d'expression et de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.