22 Février 2018

Burkina Faso: Procès du putsch 2015 - Les victimes réclament justice

Photo: Public Domain Pictures
Maillet de justice

Les associations des parents des victimes, et des blessés du coup d'Etat du 16 septembre 2015, ont animé une conférence de presse, le jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou, pour réaffirmer leur soif de voir la vérité se manifester dans cette affaire où 84 personnes seront jugées bientôt.

Le procès des 84 prévenus dans l'affaire coup d'Etat du 16 septembre 2015, s'ouvre le 27 février prochain à Ouagadougou. A cet effet, les Associations des parents des victimes du coup d'Etat(APVCE), et des blessés du coup d'Etat du 16 septembre 2015 (ABCE 16), ont, au cours d'une rencontre avec la presse, le jeudi 22 février 2018 à Ouagadougou, réaffirmé leur volonté de voir la lumière faite dans cette affaire. «Nous voulons la vérité, la justice, la réparation et une indemnisation conséquente des victimes», a martelé le président de l'ABCE 16, Honoré Savadogo. Pour lui, le début de ce procès, deux ans après le putsch, est déjà une grande victoire parce que de nombreux dossiers antérieurs à celui-ci sont encore pendants en justice.

Et, ils ont l'espoir que la vérité, la justice, et la réparation tant attendues seront au rendez-vous pour un apaisement «véritable» des cœurs et des esprits. De ce fait, M. Savadogo a appelé la population à se mobiliser lors de ce jugement, «pour que la justice tant réclamée par tous triomphe». Car, a-t-il dit, l'heure de la vérité a sonné! Aussi, le président de l'ABCE 16 a indiqué qu'au-delà de cette justice, eux, parents des victimes et blessés de ce coup de force, sont également ouverts à la réconciliation, si le repentir de la part de leurs «bourreaux» est sincère. Puisque nul n'est au-dessus du pardon, a-t-il justifié. «Le Burkina est notre maison commune. Il n'y a pas de place dans nos cœurs pour la haine, la vengeance ou l'exclusion», a renchéri le conférencier.

Avez-vous confiance en la justice ? «Il est tôt de la juger par sa façon de travailler. Car, elle a ses règles que nous ne maîtrisons pas. Mais, en tant que victime nous allons y participer pour que cette vérité et justice soient rendues», a rétorqué M. Savadogo. Et d'ajouter que la justice a acquis son indépendance à la faveur de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, et ce procès est l'occasion pour elle de vraiment témoigner au peuple burkinabè son indépendance. Y-a-t-il encore des blessés qui n'ont pas été pris en charge par l'Etat? A cette préoccupation, le conférencier a répondu par l'affirmative et de préciser que celle de certains blessés qui nécessitaient un long traitement a été suspendue à un moment donné. Sur ce, il a renouvelé leur «S.O.S» à l'endroit de l'Etat pour que ces malades puissent enfin recouvrer la santé.

En savoir plus

Procès du putsch manqué - Des voix souhaitent la comparution des témoins du général Diendéré

La Coordination pour une justice équitable pour tous dans l'affaire du putsch a organisé, le jeudi 22… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.