22 Février 2018

Burkina Faso: Coopération - Des anciens stagiaires du CEFEB fédèrent leurs énergies

L'Association des anciens stagiaires du Centre d'étude financière économique et bancaire (CEFEB) de France a présenté son plan d'actions triennal 2018-2020, le vendredi 16 février 2017, à Ouagadougou. A la résidence de l'ambassadeur de France, quatre étudiants burkinabè issus du centre ont reçu leur parchemin.

Animés d'une volonté de trouver un cadre de rassemblement pour fédérer les énergies, les anciens stagiaires du Centre d'étude financière économique et bancaire (CEFEB) de France ont mis en place une structure. Dénommée, l'Association des Cefebistes au Burkina Faso (AC-BF), elle regroupe tous les anciens stagiaires du CEFEB vivant temporairement ou en permanence au Burkina, quelle que soit leur nationalité et ayant fait l'option d'y adhérer. Après avoir élaboré un plan d'actions triennal 2018-2020, les membres de l'association sont allés le décliner à l'ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, le vendredi 16 février 2018, à Ouagadougou.

En effet, le diplomate français a été désigné comme le président d'honneur de l'AC-BF. Aux dires de la présidente de l'association des Cefebistes au Burkina Faso, Zalissa Koumaré/Ouillio, le plan d'actions s'articule autour de quatre axes. Il s'agit, à l'entendre, de créer un réseau opérationnel et efficace entre les Cefebistes en vue de promouvoir et de maintenir des relations sociales conviviales et épanouissantes pour les membres de l'association. Le deuxième axe vise à contribuer aux efforts de développement du Burkina Faso et/ou de la sous-région en prenant une part active dans la réflexion sur les enjeux de développement socio-économique à moyen et long terme. Et en facilitant le partage d'expériences réussies porteuses de valeur ajoutée aux initiatives de développement.

Le troisième axe s'inscrit dans la participation au développement du secteur privé à travers la promotion de partenariat avec des opérateurs économiques principalement de France et en collaboration étroite avec les hommes d'affaires franco-burkinabè, l'Agence Française pour le Développement (AFD) et l'ambassade de France. L'association travaillera à promouvoir des incubateurs de projets privés. Le dernier point vise à renforcer le savoir-faire des populations civiles, essentiellement les jeunes et les femmes, à travers l'organisation de conférences, d'ateliers de sensibilisation ou de formation sur des thèmes et des sujets susceptibles d'apporter des améliorations tangibles dans le management du développement. « Le savoir et le savoir-faire sont des piliers du développement humain durable. Nous lançons un appel aux autorités nationales, à l'ambassade de France, à l'AFD et à nos partenaires internes et externes afin qu'ils apportent leurs concours et leur encouragement pour la réalisation de nos objectifs », a déclaré la présidente de l'AC-BF.

Qu'est-ce que le CEFEB ?

Pour Mme Koumaré, le CEFEB est un institut français qui forme des experts dans les domaines de la maîtrise d'ouvrage, d'évaluation de projets, de gestion bancaire, de management des entreprises, de l'économie de développement et des ressources humaines... Le CEFEB délivre un diplôme de fin de formation de troisième cycle en management de développement en partenariat avec l'université de Paris I. Depuis sa création, plusieurs dizaines de Burkinabè y ont été admis. Le premier des stagiaires burkinabè est Pierre Claver Damiba de la promotion 1962, membre d'honneur de l'AC-BF. Les anciens stagiaires du CEFEB ont été recrutés aussi bien dans le secteur public que parapublic.

Au cours de cette rencontre avec l'ambassadeur du France, quatre personnes de la 9e promotion du CEFEB ont reçu leur diplôme dans plusieurs domaines. Parmi les récipiendaires, l'on compte un juriste, un architecte urbaniste, un ingénieur statisticien et un géographe aménagiste. « Nous sommes contents de recevoir nos diplômes après une aventure qui a duré 8 mois à Marseille en France. Cela dénote de la réussite du collectif et de la cohésion de notre promotion. Nous avons reçu un enseignement riche et nous avons eu du plaisir à suivre la formation », s'est réjouie la déléguée/porte-parole des diplômées de la 9e promotion, Mame Marie Camara/Monteiro. Selon elle, le CEFEB est une école de référence en matière d'économie du développement et propose une formation destinée à des cadres à haut potentiel, praticien du développement des pays du Sud, des professionnels d'horizons divers venant de grandes entreprises privées et publiques des pays collaborant avec l'AFD.

Pour l'ambassadeur de France, Xavier Lapeyre de Cabanes, un site internet dénommé France Alumni qui va regrouper l'ensemble des anciens étudiants étrangers en France sera lancé au mois de septembre prochain. Il permettra d'avoir accès à un grand réseau d'anciens élèves boursiers ou non du gouvernement français actuellement au Burkina Faso.

L'assemblée générale constitutive de l'AC-BF, tenue le 20 mai 2017, a permis de mettre en place un bureau exécutif national de neuf membres pour un mandat de trois ans renouvelable une fois. Il comprend aussi deux commissaires au compte.

Burkina Faso

Etat de la liberté de la presse - Une conférence publique pour renforcer le professionnalisme dans les médias

La liberté de la presse est une réalité au Burkina Faso. En effet, le classement mondial sur la… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.