20 Février 2018

Burkina Faso: Non-respect des engagements du gouvernement - Les informaticiens veulent brouiller le réseau

Le Syndicat des professionnels des technologies de l'information et de la communication (SYNPTIC) a donné un point de presse dans la matinée du lundi 19 février 2018 à Ouagadougou.

A l'ordre du jour, « le non-respect des engagements contenus dans le protocole d'accord signé avec le gouvernement en juillet 2016 ». Dans la même veine, le syndicat a annoncé deux journées de sit-in qui ont débuté le même jour, sit-in qui pourrait déboucher sur une grève dans les jours à venir en cas de non-satisfaction, selon les animateurs de la rencontre.

Mettre en place un plan de carrière au profit des informaticiens ; rétablir et augmenter l'indemnité spéciale d'informaticien pour tous les travailleurs de ce corps évoluant dans l'administration publique au plus tard en janvier 2017, c'était, entre autres, les engagements qui avaient été pris par le gouvernement lorsqu'il signait, suite à des revendications, un protocole d'accord avec le Syndicat des professionnels des technologies de l'information et de la communication (SYNPTIC) en juillet 2016. Plus d'un an et demi, soit précisément 19 mois après, les engagements peinent à être appliqués dans certains Etablissements publics de l'Etat (EPE). C'est du moins le constat fait par les informaticiens syndicalistes. Et ces derniers d'attirer l'attention du gouvernement lors de la rencontre avec les hommes de médias qui s'est tenue dans les locaux de la Bourse du travail de Ouagadougou.

Dans son allocution, le secrétaire général du Bureau national du SYNPTIC, Salfo Ilboudo, a indiqué que s'agissant de la mise en place du plan de carrière, le diplôme d'ingénieur des travaux n'est toujours pas reclassé en catégorie A2, bien que cela fasse partie des engagements contenus dans le protocole. Le rétablissement et l'augmentation de l'indemnité spéciale d'informaticien ne sont toujours pas d'actualité non plus, alors qu'ils devaient être effectifs « au plus tard en janvier 2017 », foi du représentant des frondeurs. « Depuis janvier 2017, on ne devait plus avoir à parler de ce point », a-t-il regretté.

Sur cette question, à entendre les conférenciers, le cas des EPE rattachés au ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation (MERSI) semble particulier. Pour Salfo Ilboudo et ses camarades, les EPE rattachés à ce ministère, dont l'université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, « font preuve de mauvaise foi » quant à l'application du décret y relatif, estimant que cet établissement ne relève pas de l'administration publique. A l'occasion de cette rencontre avec les hommes de médias, les frondeurs ont également annoncé un sit-in dans la journée du lundi 19 février 2018 ainsi que le lendemain en vue d'exiger l'application du protocole d'accord. En cas de non-satisfaction, le sit-in se poursuivra du 20 au 22 février de ce mois, suivi d'une grève du 26 au 28 février, ont prévenu Salfo Ilboudo et ses camarades.

Burkina Faso

Retrait de personnes en situation de rue - 418 enfants et travailleuses de sexe refusent «le gîte» de Laurence Ilboudo

La première phase de cette opération s'est déroulée du jeudi 9 au mercredi 22 aout 2018 dans… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.