22 Février 2018

Cote d'Ivoire: Création de la monnaie unique de la CEDEAO - Une feuille de route de dix programmes à exécuter avant 2020

La 5e réunion de la Task Force présidentielle portant sur la monnaie unique dans la région ouest-africaine, tenue, hier à Accra, a défini des activités à mettre en œuvre pour atteindre l'objectif 2020.

Le processus de création d'une monnaie unique dans l'espace Cedeao à l'horizon 2020 est irréversible. Cette idée lancée depuis le début des années 1980 a pris véritablement forme et s'est donné un coffre ces dernières années avec des réunions de haut niveau qui se sont succédé. Aujourd'hui, il n'est plus question de tergiverser. Mais bien au contraire, il faut y aller avec la dernière énergie. C'est du moins cette volonté qui a été affichée et renouvelée hier par les Chefs d'Etat de la Task force, réunis, à Accra, au Ghana, à l'occasion de leur 5e rencontre sur ce sujet. La communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) est forte de 15 pays totalisant environ 300 millions d'habitants qui utilisent des monnaies différentes. Huit de ces pays ont en commun le franc Cfa, arrimé à l'Euro. Ce sont les huit pays composant l'Union économique monétaire ouest-africaine (Uemoa) : Bénin, Burkina Faso, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Togo, Sénégal et Côte d'Ivoire. Et les sept autres pays ont chacun une monnaie. Notamment le Cedi pour le Ghana, le Dalasi pour la Gambie, l'Escudo pour le Cabo Verde, le Franc guinéen pour la Guinée, le dollar libérien pour le Liberia, le Naira pour le Nigeria et le Leone pour la Sierra Leone. Ces monnaies n'étant pas convertibles entre elles, elles constituent une faille dans le processus de développement économique du bloc ouest-africain. Et les Chefs d'Etat ont trouvé nécessaire ou vitale la mise en circulation d'une monnaie unique pour faciliter les échanges, mais bien plus pour mieux amortir les pressions et les chocs venant de l'extérieur.

Sur cette base, la feuille de route révisée et adoptée hier par la Task force présidentielle, après avoir analysé les recommandations des experts et des ministres de l'Economie et des Finances assistés des responsables des banques centrales, comporte dix programmes. Il s'agit de la liste des programmes devant être mis en œuvre avant le lancement de l'union monétaire de la Cedeao en 2020. Pour le financement adéquat de ces dix activités retenues, les commissaires de la Cedeao ont relevé « l'urgence de la création du fonds spécial pour le financement des activités de la feuille de route révisée, au regard des difficultés rencontrées dans la mobilisation des ressources pour l'exécution des activités », lit-on dans le rapport des experts. Il est entendu que la mise en œuvre de la feuille a un coût estimé à 9 300 220 dollars, soit près de 5 milliards de Fcfa dont plus de trois milliards de Fcfa à rechercher, surtout que toutes les activités prévues sont concentrées entre 2018 et 2019.

Les dix activités à la loupe

Concernant le premier programme, lié à la coordination des politiques économiques, la réunion a recommandé l'allocation des ressources déjà mobilisées aux activités de la feuille de route en tenant compte de leur priorité temporelle. A propos de la convergence et la stabilité macroéconomiques (programme 2), il a été noté la nécessité de prévoir un financement suffisant pour assurer les missions conjointes de surveillance multilatérale dans tous les Etats membres sur la base semestrielle. La feuille de route a aussi insisté sur la consolidation du marché commun de la Cedeao (programme 3), tout en n'ignorant pas que l'entrée en vigueur de l'Accord de partenariat économique (Ape) pourrait affecter « négativement la mise en œuvre du tarif extérieur commun (Tec). La 5e réunion a aussi recommandé le renforcement des capacités des cadres en charge de l'harmonisation et la mise en œuvre des normes et pratiques statistiques (programme 4) au niveau des pays membres. Il a été, par ailleurs, question de l'harmonisation du cadre de politique de change (programme 5). Surtout qu'il existe plusieurs régimes de changes au sein des Etats membres. « Etant donné que les pays sont à des stades différents, il faut définir les grands principes et laisser le soin à chaque pays de prendre les dispositions nécessaires pour s'y conformer », précise l'un des rapports des experts. L'harmonisation du cadre de politique monétaire (programme 6) ; l'intégration financière (prog. 7) doivent être poursuivies pour mieux assurer l'interconnexion des systèmes de paiement (Prog.8) qui doit être séparée désormais de la cotation des monnaies nationales. Au point 9, il est émis l'idée de création de la banque centrale de la Cedeao. A ce niveau, la réunion a suggéré qu'une étude minutieuse soit réalisée en vue de définir le choix d'un modèle de banque centrale et son niveau de capital.

Sur la base de la mise en œuvre progressive de la monnaie unique, la réunion d'Accra a proposé qu'il y ait des concertations entre l'Agence monétaire de l'Afrique de l'ouest (Amao) et l'Institut monétaire ouest-africaine (Imao) en vue de désigner ou sélectionner les premiers pays qualifiés ou prêts à mettre en œuvre la monnaie unique (prog. 10). Les techniciens les désignent sous l'appellation "pays champions" qui vont constituer le noyau que les autres rejoindront par la suite.

A noter que le nom de la monnaie et le siège de la banque centrale de la Cedeao n'ont pu être définis à l'issue de cette 5e rencontre.

Le plan de passage et le coût de l'émission de cette monnaie ainsi que le cadre budgétaire commun

Le Chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara, membre de la Task Force sur la monnaie unique de la Cedeao, a pris part à cette rencontre aux côtés de ses pairs ghanéen et nigérien. Le président Nigerian Muhammadou Buhari s'est fait représenter par le président de la Banque centrale du Nigeria. Faure Gnassingbé, Président du Togo, était également présent en tant que président de la Conférence des Chefs d'Etat de la Cedeao, avec à ses côtés le président de la Commission Marcel De Souza.

Cote d'Ivoire

73e AG de l'Onu - Les priorités de Maria Fernanda Espinosa Garcés

Les délégations continuent d'affluer à New York qui est dans l'objectif de tous les projecteurs,… Plus »

Copyright © 2018 Fratmat.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.