23 Février 2018

Gabon: Le Transgabonais - Les Transports, les Travaux publics et la Setrag à la recherche des solutions.

Le ministre d'Etat, en charge des Travaux publics, Jean Pierre Oyiba, le ministre des Transports, Estelle Ondo et Patrick Claess, Directeur général de la Société d'Exploitation du Transgabonais(Setrag) étaient en séance de travail ce matin à Libreville pour, ensemble, trouver des solutions à la situation qui prévaut actuellement sur transgabonais.

Une situation qui non seulement prive les passagers de leur voyage, mais freine les activités des opérateurs économiques. La signature des arrêtés portant sur les 43 passages à niveau a été au rendez-vous de cette rencontre.

C'est une séance de travail d'urgence. Ils doivent trouver des voies et moyens pour la situation qui prévaut actuellement sur le transgabonais. Jean Pierre Oyiba, ministre d'Etat en charge des Travaux publics, Estelle Ondo, ministre en charge des Transports et le Directeur général de la Société d'Exploitation du Transgabonais(Setrag), Patrick Claess rassurent les usagers quant à l'amélioration de la voie ferrée. Le secteur des transports, dira Jean-Pierre Oyiba, est un secteur stratégique pour tous les pays. Aussi, était-il question pour les trois acteurs, de procéder à la signature des arrêter portant sur les 43 passages à niveau.

Cette mission ou rencontre conjointe, pour le ministre d'Etat en charge des Travaux publics, a pour objectif, d'évoquer la question relative à la concession entre l'Etat gabonais et la Setrag. Il a tout de même rappelé que le chemin de fer a été construit, il y a moins de quarante ans. Malheureusement, poursuivra-t-il « cette voie ferrée n'a pas subi de gros entretiens ou un gros renouvellement. La conséquence, c'est qu'avec l'usure et l'utilisation intense, liée essentiellement à l'augmentation du tonnage, entrainent des difficultés et voire des désagréments qui sont causés par des déraillements. Ces derniers occasionnent beaucoup de pertes matérielles et qui privent les usagers ». Il faut aussi rappeler que les opérateurs économiques souffrent de ce préjudice. Un énorme manque à gagner pour eux.

La ministre en charge des Transports a lors de sa prise de parole, a expliqué que « le tronçon Owendo-Ndjolé est le plus vieux du chemin de fer. Il compte près de 40 ans ». A près d'un demi-siècle, poursuit-elle, « le cycle naturel de vie reprend le dessus. D'où des zones de marécages et les lacs renaissent là où la contrainte humaine les a fait disparaître ». Elle continue son explication en démontrant également que les zones de l'Estuaire et du Moyen-Ogooué ont un sous-sol à composante argileuse. Une composante argileuse, qui est un facteur de déstabilisation de la plateforme sur laquelle repose le rail. Ce sol mou, va-t-elle conclure, entraine de facto, le mouvement du rail chaque fois qu'il reçoit une charge. Les solutions doivent- être trouvées pour améliorer cette voie ferroviaire, espère-t-elle.

L'Etat gabonais et la Direction générale de la Société d'Exploitation du Transgabonais(Setrag), représentée par son patron Patrick Claess se sont partagés le coût du financement. Le montant des investissements consentis par l'Etat gabonais s'élève à 61 milliards de francs CFA et sont financés au travers d'un crédit obtenu auprès de l'Agence française de développement(AFD). Du côté de la Setrag, confesse son directeur général « la part d'investissement s'élève à 143 milliards de francs CFA qui concernent la super structure : tout ce qui est au-dessus de la plate-forme ferroviaire ».

Il faut tout de même rappeler que le train minéralier n° 7470, appartenant à la Compagnie minière de l'Ogooué (Comilog) avait déraillé le lundi 12 février sur l'axe Ndjolé-Abanga. Plus de 40 wagons chargés de 3000 tonnes de minerai étaient sortis des rails et s'étaient renversés. Ces nombreux déraillements dus à l'usure de la voie ferrée, ont un impact important sur l'économie du pays. Les activités des opérateurs économiques tournent au ralenti et les voyageurs sont privés de déplacements. Les ministres en charge des Travaux publics, des Transports et le Directeur de Setrag tiennent à rassurer les usagers et surtout les opérateurs économiques, quant à l'amélioration progressive de l'état des rails.

Gabon

Travaux de déploiement de la fibre optique vers la Guinée et le Cameroun

Bientôt, internet sera en haut débit pour les populations vivant dans les zones rurales au Gabon, au… Plus »

Copyright © 2018 Gabonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.