22 Février 2018

Kenya: Chou-fleur et tomates parmi les nouveaux produits importés du Kenya

Les Seychelles vont commencer le commerce de 21 produits agricoles avec le Kenya à la suite d'une analyse des risques phytosanitaires effectuée sur chaque culture, a déclaré mardi un haut responsable de l'Agence de biosécurité.

Plus tôt cette année, le commerce avec le Kenya de 21 produits agricoles a été approuvé par le Conseil des ministres des Seychelles, un archipel dans l'océan Indien occidental.

L'année dernière, le président de la nation insulaire, Danny Faure, et le président kenyan, Uhuru Kenyatta, ont conclu un accord de grande envergure afin de renforcer les liens commerciaux et sécuritaires.

Cet accord bilatéral s'applique également à l'importation de produits agricoles. Les Seychelles importent la plupart de leurs produits de viande et de volaille du Brésil.

Le président Faure et le président Kenyatta ont conclu un accord de grande envergure afin de renforcer les liens commerciaux et sécuritaires lors de sa visite l'année dernière.(State House) Photo License: CC-BY

Le directeur général de l'Agence nationale de biosécurité, Marc Naiken, a déclaré: "Conformément à notre accord avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC), nous devons effectuer une analyse du risque phytosanitaire sur chaque importation et exportation de marchandises."

Une analyse a été faite sur les 21 produits d'agriculture du Kenya, y compris les fruits et légumes tels que le chou, le mangoustan, le chou-fleur, l'oignon, la tomate, la pomme de terre, le poivre, le concombre et la pastèque. Il s'agissait de s'assurer que des mesures de gestion des risques satisfaisantes étaient en place afin d'assurer la sécurité du commerce.

M. Naiken a déclaré à la SNA que l'un des facteurs de la sécurité alimentaire est la proximité du marché dans lequel vous vous approvisionnez, et le Kenya est un endroit idéal pour le commerce.

Il y a aussi la question d'avoir différents risques associés à différents pays.

"Chaque pays a son propre type de risque. Par conséquent, il sera plus facile de mettre en place un mécanisme de défense lorsque vous traitez avec un pays ", a déclaré M. Naiken.

Au cours des dernières années, la contribution du secteur agricole à l'économie des Seychelles a diminué en raison de plusieurs facteurs tels que la capacité limitée en termes de superficie des terres, de topographie, de ressources naturelles et humaines.

Le chef exécutif a ajouté que l'importation de ces produits apportera la cohérence de l'offre sur le marché et aidera à stabiliser les prix locaux.

"La production de ces produits auprès des agriculteurs locaux est très minime et notre capacité à consommer dépasse celle que nous produisons. Par conséquent, il va certainement compenser la demande sur le marché », a déclaré M. Naiken.

Il a ajouté que "Bien que certains de ces produits soient produits localement comme les tomates, ils sont saisonniers, et quand il n'y en a pas assez sur le marché, le prix augmente".

M. Naiken a déclaré que "si nous commençons à produire plus à l'avenir afin de satisfaire le marché, le risque de l'importation sera moindre ".

Dans la même ligne, le Conseil des ministres a également approuvé la construction de nouvelles infrastructures sur Mahé et Praslin, première et deuxième îles les plus peuplées, afin d'améliorer la qualité et la quantité de viande produite localement.

Ces infrastructures comprennent la construction d'un abattoir moderne ainsi que d'une unité d'écloserie.

Kenya

Première diffusion de «Rafiki», autorisé pour sept jours

Une cour de justice kényane a finalement autorisé la diffusion temporaire de ce film qui narre une… Plus »

Copyright © 2018 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.