23 Février 2018

Sénégal: Doing Business 2019 - Le pays vise le top 100

Le Premier ministre a validé, hier, la feuille de route devant permettre au Sénégal de bien figurer dans le classement Doing Business 2019. L'objectif visé est d'être dans le top 100.

Le Sénégal ne cesse de progresser dans le classement Doing Business. Sur les quatre dernières années, il a fait un bond de 38 places passant de la 178ème place en 2014 à la 140ème en 2018.

Mieux, le Sénégal figure dans le top 5 des pays les plus réformateurs de l'Afrique, selon cette étude annuelle de la Banque mondiale qui analyse et classe la compétitivité des économies sur la base d'une dizaine d'indicateurs parmi lesquels la création d'entreprises, l'octroi de permis de construire, l'embauche des travailleurs, le transfert de propriété, l'obtention de prêts, la protection des investisseurs et le paiement des taxes et impôts. Le gouvernement vise mieux et plus.

Ainsi, pour 2019, l'objectif est d'être dans le top 100 du classement du Doing Business. Pour y arriver, une feuille de route vient d'être tracée et validée par le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne à l'issue d'une réunion interministérielle tenue, hier. Celle-ci définit les voies et moyens et les dispositions nécessaires à prendre pour atteindre cette ambition. Cette feuille de route se décline en deux parties, selon Seydou Guèye, Secrétaire général et porte-parole du gouvernement, qui faisait le compte-rendu de cette rencontre.

La première partie porte sur huit points de réformes « à gain rapide » qui, dans la pratique, vont permettre de « faire évoluer le classement de notre pays dans le Doing Business ». Il s'agit, par exemple, de la question de la protection des investisseurs, de l'octroi des permis de construire, du commerce transfrontalier, de l'exécution des contrats... « Ce sont des questions que l'administration doit prendre en charge en délivrant la plupart du temps des actes administratifs pour attester de l'effectivité de ces réformes. Lorsqu'il s'agit de lois, la décision a été prise d'inscrire à l'examen du prochain Conseil des ministres un projet de loi qui aura un impact dans ce classement », a-t-il expliqué.

L'autre partie concerne neuf réformes, poursuit le porte-parole du gouvernement. Leur finalité, souligne Seydou Guèye, porte sur la consolidation des réformes déjà accomplies dans le cycle antérieur ou des réformes de reporting ou des réformes de veille ou de correction déjà programmées avec un échéancier fixé. « Pour l'essentiel de cette deuxième catégorie de réformes, elles portent notamment sur des modalités de partage de l'information dans les sites web des administrations concernées. Cela permettra de faire de la consultation en ligne, de la recherche documentaire en création d'entreprise. Bref, les neuf réformes vont consolider et conforter la position du Sénégal dans ce classement », a-t-il détaillé.

Seydou Guèye assure que le Premier ministre a demandé à l'ensemble des parties prenantes de donner à ce dispositif tout l'accompagnement requis afin que l'objectif de figurer dans le top 100 du classement du Doing Business soit atteint. Ces instructions du chef du gouvernement sont le prolongement de celles données par le Président de la République et qui sont de « consolider la place du secteur privé dans notre vie économique en termes de création d'emplois et de richesses, mais également en termes de changements profonds avec une administration plus efficace dans la perspective d'améliorer la compétitivité et l'attractivité de notre économie », a rappelé Seydou Guèye. C'est dans cette dynamique qu'il faut inscrire aussi, selon lui, l'adoption du programme de réforme de l'environnement des affaires et de la compétitivité dans sa phase 2 au sortir du dernier Conseil présidentiel sur l'investissement.

Sénégal

Présidentielle - L'assurance de la majorité agace

Au Sénégal, toute la classe politique est concentrée sur la présidentielle de l'an prochain.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.