23 Février 2018

Angola: L'hémicycle approuve le décret sur le rapatriement des capitaux

Luanda — Le Parlement angolais a approuvé, jeudi dans la généralité, le projet de loi portant rapatriement des ressources financières gardées à l?étranger, un proposition de l'initiative du Président de la République, et le projet de loi sur le régime extraordinaire de régulation patrimoniale (RERP) proposé par l'Union Nationale pour l'Indépendance Totale de l'Angola (UNITA- Principal parti de l'opposition).

Les deux documents qui seront débattus dans la spécialité, surgissent à la suite d'une proposition faite par le Chef de l'Etat, João Lourenço, en décembre dernier, pour que les angolais détenteurs des liquidités à l'extérieur du pays puissent les rapatrier afin qu'elles soient investies en Angola.

La proposition du Gouvernement présentée par le ministre des Finances, Árcher Mangueira, a été approuvée par 172 votes en faveur, aucune contre et 16 abstentions.

Expliquée en détail par le député de UNITA, Adalberto da Costa Júnior, la proposition a connu l'approbation de 173 voix favorables, aucune contre et 15 abstentions.

Contrairement à celui présenté par le Gouvernement, le projet de l'Unita prévoit le paiement d'un impôt de 45 pour cent sur l'argent rapatrié.

Dans la proposition conduite à la plénière par le Gouvernement, les angolais détenteurs des ressources financières à l'étranger supérieures à 100 mille dollars non déclarées ont un délai de six mois pour rapatrier cet argent sans être poursuivis judiciairement et sans paiement des taxes.

Pour l'Unita, les ressources patrimoniales transférées ou gardées à l'étranger ou à l'intérieur du pays non déclarées par des personnes physiques ou juridiques devront être dûment déclarées à l'Etat angolais et le détenteur devra payer une contribution extraordinaire.

Le document du principal parti de l'opposition, le premier reçu à l'hémicycle portant la mention urgente, ne défend pas à peine le rapatriement des capitaux non déclarés. Ce parti propose une loi à deux paramètres, l'un régulant le détournement d'argent et l'autre des biens acquis par vol.

Dans l'entretemps, dans sa déclaration politique le président du groupe parlementaire de CASA-CE, André Mendes de Carvalho, a qualifié d'immorale, d'illégale et d'inacceptable de prétendre dire que les ressources financières volées au peuple angolais puissent être reconnues comme propriété légitime de ceux qui criminellement ont dilapidé les deniers publics.

Pour Macuta Nkondo, également de CASA-CE, les détenteurs des fonds domiciliés à l'étranger ne sont pas seulement les dirigeants du MPLA-parti au pouvoir, mais également certains leaders corrompus de l'opposition, ayant appelé à une attention soutenue sur les conditions sociales de la population de plus en plus difficiles.

Angola

Afro-coupes - "Tony Cabaça est le héros" - Zeca Amaral

En défendant deux pénaltys, aux 43 et 48 minutes, le gardien Tony Cabaça a été le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.