24 Février 2018

Cote d'Ivoire: GEPCI / Ousmane Sy Savané - "Nous voulons être une vraie vitrine de l'information"

interview

Il y a une semaine que le Groupement des éditeurs de presse de Côte d'Ivoire (Gepci) lançait son portail numé- rique : www.pressecotedivoire.ci. Ousmane Sy Savané, 1er vice-président (Gepci) et chef du projet, dresse dans cette interview, le bilan des premiers jours du portail et invite les éditeurs encore hésitants à adhérer au projet

Quelles sont les motivations de la création d'un tel projet ?

C'est un portail numérique qui a eu l'adhésion de tous les éditeurs de presse de Côte d'Ivoire, dans le souci de maîtriser les leviers de notre secteur.

Aujourd'hui, le digital ou le numérique affecte le mode de consommation, notre vécu et notre quotidien. Il ne serait pas normal que les éditeurs de presse soient en reste.

On a donc décidé de lancer notre propre portail. C'est tout d'abord un portail d'informations, ce qui est le cœur de notre métier. Ensuite, nous avons une équipe rédactionnelle autonome.

C'est également un portail marchand, puisqu'il nous permet de vendre nos publications en Côte d'Ivoire et à la diaspora. Ce portail, nous l'espérons, va générer du trafic qui nous permettra de capter de la publicité.

Cette publicité sera au bénéfice des éditeurs de presse pour respecter un de nos objectifs qui est de trouver de nouveaux pôles de financement de nos activités.

Nous nous sommes rendu compte que la vente au numéro seul ne suffit pas pour équilibrer nos comptes. Aujourd'hui, il nous faut rechercher d'autres sources de revenus pour les éditeurs de presse.

Qu'est-ce qui vous différencie des portails déjà existants?

Le portail www.pressecotedivoire.ci appartient aux éditeurs de presse eux-mêmes. Comme disait quelqu'un, lors de la cérémonie de lancement, « on est bien que chez soi ».

Nous avons créé notre propre portail. Les revenus générés sont reversés et partagés entre les éditeurs de presse. Nous en profitons pour remercier tous les éditeurs de presse qui nous ont fait confiance, dès le lancement.

Aujourd'hui, nous avons la quasi-totalité des organes de presse qui nous ont rejoints, juste après le lancement du projet.

C'est un acquis majeur. Une des particularités de notre portail, c'est que tous les éditeurs de presse doivent envoyer leurs contenus contrairement à ceux qui existaient avant nous sur le marché.

 Il y a une semaine que vous avez lancé le portail. Quel bilan pouvez-vous dresser de ces premiers jours d'activités ?

Les retours sont très bons. Nous avons eu l'occasion de remonter au niveau de l'utilisateur et même des clients, ce qui nous permet d'apprécier l'engouement qu'il y a. Au départ, certains étaient hésitants mais, aujourd'hui, nous avons pratiquement tout le monde.

Nous sommes cependant conscients qu'il y a de la sensibilisation à faire. Il n'est pas facile de changer, du jour au lendemain. Je voudrais demander à tous de nous faire confiance.

C'est leur affaire, c'est notre affaire. Nous allons continuer notre travail qui est d'informer à partir du portail, mais également, de capter de nouvelles sources de revenus. Tout le monde sait aujourd'hui, qu'au niveau de la presse, il y a des difficultés.

Si nous restons dans le schéma classique qui est de la vente au numéro des journaux, ce sera difficile. Les premiers retours, j'avoue, sont très encourageants. Nous avons des appels, des messages venant de la diaspora, de la Côte d'Ivoire, des autorités du secteur qui nous félicitent et nous encouragent.

Je peux dire que nous sommes très satisfaits du lancement du portail. Le nombre de visites est très encourageant. Désormais, pour voir la Une des journaux, la seule adresse, c'est www.pressecotedivoire.ci.

Cela nous prédispose déjà à un nombre important de visiteurs très intéressants. Donc, nous allons féliciter les éditeurs de presse pour avoir créé ce portail et l'équipe technique qui travaille derrière.

En termes de visites, pouvons-nous avoir des chiffres ?

Nous venons de commencer, je ne vais pas donner de chiffres. Mais, je crois que nous pouvons avoir 5000 à 6000 visiteurs par jour.

Nous n'avons pas encore commencé la communication, du fait de quelques détails techniques à régler. Quand tout sera bon en terme de communication, les choses vont aller plus vite.

Les sites Internet, c'est l'information rapide et en temps réel. Est-ce que vous promettez la satisfaction à ce niveau ?

Nous avons une équipe autonome qui travaille à partir de notre siège. Ce n'est pas un agrégat d'informations de différents journaux.

Notre équipe est présente sur le terrain, les éléments vont en reportage, ils prennent des informations et font le traitement. Nous avons une série d'abonnements avec les agences telles que Aip, Afp, Apa news qui nous envoient aussi des dépêches.

Et puis, nos rédactions viennent en soutien à l'équipe de rédaction du portail. Ce qui nous permet d'être à jour au niveau des informations. Nous avons également un Comité éditorial au-dessus, composé de 4 membres qui contrôle et oriente les actions de la rédaction.

Comptez-vous étendre le portail au-delà d'Abidjan ?

C'est un projet pilote. Nous allons maitriser d'abord Abidjan. Dans le plan de développement, il y a beaucoup de choses qui sont prévues. C'est un projet transversal. Nous avons commencé par l'implémentation en Côte d'Ivoire avec des acteurs du secteur.

Il ne s'agit pas d'un investisseur ou d'un homme d'affaires. Nous avons de bons rapports avec les acteurs dans la sous-région avec qui nous échangeons souvent. Nous allons leur proposer également le projet s'il les intéresse.

Au niveau national, nous allons étendre notre réseau de correspondants locaux pour être toujours à jour, au niveau de l'information, tout en mettant à contribution nos différentes rédactions, pour ne pas rater l'actualité. Nous voulons que notre portail soit une vraie vitrine de l'information, la porte d'entrée pour avoir accès aux informations fiables.

Qu'en est-il des éditeurs qui ne vous ont pas encore rejoints?

J'invite ceux qui hésitent encore à nous rejoindre. Le site Internet est incontournable. Ceux qui ne sont pas encore arrivés ne sont pas nombreux d'ailleurs et ça nous rassure.

J'avoue que c'est une satisfaction pour nous et je voudrais vraiment féliciter et remercier ceux qui nous ont rejoints, dès les premiers jours. En tout cas, nous avons l'assurance que, d'ici quelque temps, ce sera la seule porte d'entrée pour avoir accès aux contenus des journaux.

Nous disons également merci à nos visiteurs. Nous demandons leur indulgence pour les quelques problèmes techniques. C'est un projet que nous avons lancé, il y a donc une période de stabilisation. Les choses vont s'améliorer au fil du temps.

Nos différentes offres sur le portail sont adaptées au-fur-et-à-mesure aux besoins. Nous avons constitué des packs. Il y a des packs de quotidiens et d'hebdo qu'on peut acheter ensemble. Il y a des abonnements, des achats ponctuels et des espaces de Pub. Il y a aussi des comptes qui seront ouverts pour les Institutions.

Et la sécurité des Pdf des journaux qui sont fournis sur le portail ?

Je voudrais vraiment rassurer les uns et les autres que les Pdf sont suffisamment sécurisés. Nos techniciens ont pris des dispositions sécuritaires dans ce sens. Il n'y a donc pas de raison de douter de la fiabilité de notre système.

Nous demandons aux éditeurs de nous faire confiance. Q: Comment voyez-vous ce portail d'ici 6 mois? OSS : D'ici 6 mois, nous allons organiser une conférence pour faire le point de l'évolution. Six mois après, nous aurons gagné en maturité.

Les contenus seront plus variés. Les espaces sur le portail seront plus variés. Surtout, l'éditorial sera beaucoup plus outillé. En tout cas, nous avons beaucoup d'ambitions. Nous avons foi au projet et nos lecteurs seront satisfaits d'ici très peu de temps.

Cote d'Ivoire

Parme - L'Ivoirien Gervinho parle de Marseille et de Garcia

Beaucoup ont pensé que Gervinho allait rejoindre l'Olympique des Marseille juste après la signature de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.