28 Février 2018

Seychelles: Évaluation de l'impact environnemental - Prochaine étape pour une base militaire indienne controversée sur une île des Seychelles

Une évaluation de l'impact environnemental devrait être la prochaine étape à la proposition de construction d'infrastructures militaires sur l'île éloignée d'Assumption si le Parlement des Seychelles ratifie l'accord, a déclaré un haut responsable du ministère de l'Environnement.

Le secrétaire principal du ministère de l'Environnement, Alain De Commarmond, a déclaré que le projet aura peu d'impact sur l'environnement.

"Le projet aura lieu dans une zone avec une végétation de peu d'importance environnementale", a déclaré M. De Commarmond, qui a accompagné un groupe de journalistes locaux visitant l'île mardi. La visite a été facilitée par l'Island Development Company (IDC).

M. De Commarmond a ajouté que: "quant au récif coralien autour de l'île, il ne sera pas affecté étant donné que le projet n'impliquera que l'installation de la jetée qui accueillera les navires utilisés par SPDF."

Les Seychelles et l'Inde ont signé en janvier l'accord de 20 ans qui permettra la construction d'infrastructures militaires sur l'île d'Assomption. L'accord, entièrement financé par le gouvernement indien, fournit également une assistance aux Seychelles.

Dans une présentation, le représentant des Forces de défense des peuples des Seychelles (SPDF), Micheal Rosette, a déclaré que la base de la Garde côtière sur Assomption est considérée par le SPDF comme un emplacement idéal.

"Cela permettra à l'armée des Seychelles de mieux surveiller la ZEE ainsi que de réagir plus rapidement et plus efficacement en cas d'incidents signalés dans la région", a déclaré M. Rosette.

Selon le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Barry Faure "la base militaire d'Assumption permettra de renforcer les capacités militaires de contrôle et de surveillance maritime de la Zone Economique Exclusive (ZEE) de 1,37 million de km2 des Seychelles, archipel à l'ouest de l'Océan Indien.

Il assurera également la protection de la ZEE et des îles périphériques, ainsi que la recherche et le sauvetage dans la région au profit du trafic aérien et maritime. "

M. De Commarmond a déclaré que le projet se déroulera dans une zone avec une végétation de peu d'importance environnementale (Patrick Joubert) Photo License: CC-BY

M. Rosette a déclaré qu'il faudrait actuellement plus de 40 heures pour envoyer un navire de la garde côtière et trois heures pour envoyer un avion de surveillance militaire si un incident se produisait dans la région. M. Rosette a ajouté que le fait d'y être stationné réduirait le temps de réponse à environ quatre ou cinq heures.

M. Rosette a expliqué que les infrastructures comprendront «la réparation de la piste d'atterrissage existante construite il y a 25 ans afin d'accueillir l'avion de l'armée de l'air SPDF sur l'île».

Bien que le projet soit financé par l'Inde, M. Rosette a déclaré que le gouvernement indien ne sera pas en mesure d'utiliser les installations à des fins de guerre ou pour le stockage d'armes et d'armes nucléaires.

Le directeur des relations publiques d'IDC, Micheal Payet, a déclaré qu'IDC n'est pas impliqué dans la signature de l'accord, mais qu'ils "peuvent partager les connaissances qu'ils ont sur l'île. "

M. Payet a déclaré que lorsque la construction commencera "la partie où le projet sera entrepris sera cédée au gouvernement, tandis que le reste de l'île restera loué à IDC".

On dit que le projet est toujours en phase de conception et qu'il n'y a pas de coût clairement attribué pour le moment. Il couvrira environ un quart de l'île éloignée à environ 1140 au sud-ouest de l'île principale de Mahé, aux Seychelles.

Seychelles

Des vols directs, depuis la Suisse vers les Seychelles, stimulent le marché touristique

Les Seychelles ont acquis une nouvelle position sur le marché du tourisme européen dimanche, alors… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.