3 Mars 2018

Rwanda: Génocide rwandais - Première journée d'un procès en appel à Bruxelles

Un procès en appel, intenté par des survivants du génocide rwandais, s'est ouvert, vendredi 2 mars, à Bruxelles. Les plaignants veulent que soit établi le rôle de l'Etat et de l'armée belges dans un massacre survenu au début du génocide. Deux mille Tutsis avaient été massacrés dans une école, juste après le départ des militaires belges qui devaient assurer leur protection.

Le 11 avril 1994, à Kigali, les casques bleus belges quittent l'ETO Don Bosco, l'école technique officielle où plus de 2 000 Tutsis se sont placés sous leur protection. Quelques dizaines, à peine, survivront aux massacres entamés dès le départ des parachutistes belges.

Maître Luc Walleyn défend Marie-Agnès Uwali, qui a survécu à de graves blessures. Mais sa sœur, son beau-frère et ses neveux sont tombés sous le coup des machettes ce jour-là. Selon Me Walleyn, la responsabilité de l'Etat est engagée car la hiérarchie militaire et le gouvernement savaient pertinemment ce qui se passait au Rwanda.

« Bien sûr qu'ils ne pouvaient pas l'ignorer. Ceux qui étaient sur place n'ont jamais nié que ces personnes étaient en danger. On savait bien, très bien, qu'il y avait un risque très sérieux et que tout le monde serait massacré. Ils sont partis avec un grand sentiment de culpabilité. La hiérarchie militaire était évidemment au courant mais le gouvernement belge était au courant aussi », précise-t-il.

Après une première journée consacrée aux plaidoiries des avocats, ce procès reprendra les 8 et 15 mars prochains. Les avocats espèrent que la justice belge consacrera les responsabilités de l'Etat belge pour les actes de ses casques bleus, de la même façon que l'a fait la justice batave pour l'État néerlandais au sujet des casques bleus de Srebrenica, en Bosnie.

Rwanda

L'avertissement du président Kagame fait réagir l'opposition

Des réactions suite aux menaces du président rwandais, Paul Kagame. Mercredi, le chef de l'Etat rwandais a… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.