4 Mars 2018

Seychelles: Des drones pour recueillir des données sur les dugongs dans l'atoll d'Aldabra aux Seychelles

Une nouvelle étude utilisant des drones permettra à la Seychelles Islands Foundation (SIF) de recueillir des données sur la distribution et la population de dugongs dans l'atoll d'Aldabra.

L'atoll qui est géré par le SIF est le dernier endroit où l'on peut voir les espèces semblables au lamantin dans la nation insulaire.

Jake Letori, qui est un volontaire dans l'équipe de recherche de la fondation, a déclaré que les drones faciliteront la capture de données spatiales.

M. Letori a indiqué que cette méthode fournirait à la fondation des informations sur la distribution du dugong, leurs emplacements et mouvements exacts dans le lagon et les habitats récifaux environnants.

«Les images obtenues à partir d'enquêtes pourraient nous renseigner sur la santé du dugong et les interactions avec d'autres organismes marins, en particulier les prédateurs», a déclaré M. Letori.

Photo : M. Letori a déclaré que les aéronefs pilotés à distance constituent un outil alternatif pour les personnes sur le terrain souhaitant surveiller la faune.(Seychelles Islands Foundation) Photo License: All Rights Reserved

Photo : M. Letori a déclaré que les aéronefs pilotés à distance constituent un outil alternatif pour les personnes sur le terrain souhaitant surveiller la faune.

Le dugong - un mammifère marin de taille moyenne étroitement lié au lamantin - est l'une des quatre espèces vivantes de l'ordre des Siréniens. C'est le seul représentant vivant de la famille des Dugongidés autrefois très diversifiée et dépend largement des communautés d'herbiers marins pour leur subsistance.

Letori a déclaré que cette espèce pourrait survivre à Aldabra parce qu'elle est très protégée des activités côtières.

«Dans d'autres études de surveillance du dugong, l'analyse de photos ou de vidéos à l'aide de logiciels a permis d'enregistrer des métriques telles que la longueur et le poids corporel, d'évaluer la santé du dugong et de les repérer individuellement grâce à l'identification des marques naturelles ", a expliqué M. Letori.

M. Letori a déclaré que les mammifères marins comme les dugongs sont régulièrement surveillés depuis le ciel en raison de leurs vastes étendues mobiles.

«Cela se faisait auparavant avec des appareils traditionnels tels que des avions et des hélicoptères, mais à mesure que nous progressons dans l'ère numérique du XXIe siècle, la miniaturisation de la technologie, pilotée à distance, fournit un outil de remplacement aux personnes sur le terrain à déclare M. Letori.

L'emplacement isolé et éloigné d'Aldabra, l'un des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO des Seychelles, rend la surveillance des animaux mobiles très complexe en matière de logistique.

"Les enquêtes par drones peuvent également être plus pratiques sur le plan logistique, avec des coûts opérationnels faibles. Il n'y a pas besoin de carburant. Ainsi, cela réduit les frais de transport et d'affrètement », a expliqué M. Letori.

Le volontaire a déclaré que ces enquêtes "sont également plus sûres pour le personnel, extrêmement utile quand on considère l'éloignement et l'hostilité d'Aldabra lors d'une urgence."

Les dugongs sont classés comme vulnérables par la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le statut de la population d'Aldabra est inconnu, bien qu'il soit estimé à environ 25 individus.

"Il y a eu des observations de groupes allant jusqu'à quatre individus, certains avec des plus jeunes et des bébés, ce qui suggère qu'Aldabra peut être utilisé comme terrain de reproduction et de refuge. Les dugongs pourraient être résidents ou migrateurs car ils sont connus pour parcourir de longues distances - jusqu'à 600 km. Quatre dugongs individuels ont été observés dans la lagune au cours des 4 derniers mois sur Aldabra ", a déclaré M. Letori.

L'Autorité de l'aviation civile des Seychelles a déjà présenté le premier projet de règlement sur le pilotage des avions pilotés à distance, ce qui permet aux opérateurs de donner leur avis.

Les règlements proposés sont conformes à l'Organisation de l'aviation civile internationale qui oblige les États à protéger les aéronefs civils par des mesures réglementaires d'application de l'activité des drones aux aérodromes. Le règlement prévoit des dispositions afin de protéger la propriété et la vie privée du grand public.

Outre la surveillance des espèces, les drones sont couramment utilisés localement dans la photographie et la cinématographie pour prendre des vues aérienne des Seychelles - un groupe de 115 îles dans l'océan Indien occidental. Récemment, une comédie intitulée «High and Dry», qui se déroule avec des passagers survivant à un accident d'avion sur une île tropicale déserte, a été filmée à l'aide de drones.

Seychelles

Des vols directs, depuis la Suisse vers les Seychelles, stimulent le marché touristique

Les Seychelles ont acquis une nouvelle position sur le marché du tourisme européen dimanche, alors… Plus »

Copyright © 2018 Seychelles News Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.