Congo-Brazzaville: Le serpent de mer » Bollera » du vizir Bolloré dégouline sur le Port de Pointe-Noire

Le Groupe Bolloré, qui exploite la plateforme portuaire de Pointe-Noire via la société Congo Terminal dégouline et crache son venin sur les tanks du Port de Pointe-Noire, au point d'irriter les acteurs de la plateforme et même certains officiels du gouvernement qui ne cachent plus leur dégoût vis à vis du monopole abusif du vizir breton français. La Bolléra se poursuit avec ses dégâts collatéraux à Conakry, à Abidjan, à Dakar et à Pointe-Noire.

Cette plateforme portuaire vit une situation d'abus affligeants et révulsifs où Bollore outrepasse son périmètre d'opération sous les yeux quasi- impuissants du Directeur Général du Port de Pointe-Noire qui a opté de fermer les yeux sur les pratiques peu commodes comme le soutiennent des acteurs de la plateforme portuaire.

C'est presque l'échafaud à leurs yeux avec le Groupe français qui a mis en coupe réglée le Port de Pointe. Certains officiels du gouvernement dans l'anonymat ne sont pas contents et s'indignent la mort dans l'âme contre ses pratiques révulsantes.

Confidentiel Afrique publie en exclusivité des documents qui circulent sous le manteau et qui ont atterri sur la table du Chef de l'état Denis Sassou N'Guesso.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.