4 Mars 2018

Burkina Faso: Plus que jamais debout !

Pour la troisième fois en deux ans, Ouagadougou a été la cible d'attaques terroristes coordonnées, d'une rare violence. C'est à croire, vu le caractère cyclique des agressions, que la capitale burkinabè est devenue le souffre-douleur des entreprises terroristes du Sahel.

Le vendredi 2 mars 2018, en effet, aux environs de 10 heures, des hordes de hors-la-loi s'en sont pris lâchement à des symboles forts : l'état-major général des armées du Burkina Faso et l'ambassade de France. Le bilan humain de ces attaques est lourd, à considérer les 8 morts enregistrés dans les rangs des forces armées burkinabè et les 80 blessés.

Au-delà des douleurs des familles des victimes et celles d'un pays condamné à faire face à une menace diffuse, mais omniprésente, le seul appel qui vaille est celui du patriotisme. La tentation est grande, à l'image de situations vécues par le passé, de vouloir tirer des dividendes de tous ordres, y compris politiques, de la présente situation.

Ce n'est pas le moment de décocher les flè ches et de se tirer inutilement sur les pieds, car même les grandes puissances, parmi les mieux préparées, ne peuvent toujours anticiper une attaque de terroristes, a fortiori prétendre les dompter.

A moins de faire de la pure démagogie. Or, aucun pays, fut-il dans le meilleur des états de grâce possible, ne peut se développer dans une situation sécuritaire incertaine.

C'est pourquoi, maintenant et plus que jamais, les Burkinabè se doivent de dépasser tous les cloisons idéologiques, principielles et politiques pour soutenir leur pays dans cette lutte sans merci contre le péril terroriste sur leur sol.

Une guerre nous est imposée et il va falloir qu'on se donne la main, sans hypocrisie et sans calcul, pour vaincre l'ennemi commun. Ce reflexe est une juste mesure des choses, étant donné que les assaillants se foutent comme d'une guigne, de la coloration politique ou idéologique de ceux qu'ils abattent.

Le seul objectif de ces forces du mal est de s'offrir une publicité bon marché, à travers une surenchère de la terreur. Cet appel est aussi singulièrement lancé à l' endroit des populations. Il est inutile de se délecter, dans les cercles de discussions, des scènes de débandade ou des faits d'armes de nos vaillantes Forces de défense et de sécurité.

L'essentiel en ce moment, pour les citoyens, c'est d'être très vigilants, attentifs à tout et d'observer les faits inhabituels dans leur entourage sans toutefois tomber dans la paranoïa.

Car, le plus efficace des services de renseignements ne peut constituer, à lui seul, un rempart contre toutes les formes de l'extrémisme violent, surtout en présence de possibles complicités dans nos cités. Rien que le timing des attaques de l'état-major des armées et le choix des cibles laissent présager, que les « bombes humaines » qui ont été neutralisées, ont agi sur la base d'informations plus ou moins précises.

L'appel du Chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, aux lendemains de ces nouveaux attentats, tombe à propos: « Je voudrais inviter les populations à renforcer la collaboration avec nos Forces de Défense et de Sécurité dans notre lutte commune contre le terrorisme ». Cette invite patriotique, nous l'espérons, fera échos auprès de nos compatriotes.

Notre chère patrie ne doit pas perdre la face devant les « fous de Dieu ». Soucieux du respect des engagements internationaux auxquels il a librement souscrit et de sa contribution à l'édification d'un monde de paix, le Burkina Faso s'est engagé, pleinement, aux côtés de la communauté internationale sur plusieurs théâtres d'opérations à travers le monde.

Et c'est ce noble engagement que les extrémistes veulent nous faire payer. Que les amis du Burkina lui rendent alors la politesse, en mettant à sa disposition, les informations et les moyens dont il a besoin pour se défendre. Ne dit-on pas que c'est dans des moments difficiles que l'on reconnaît ses amis ?

Pour qui connait la mentalité des Burkinabè, le pays reste debout et ne fléchira pour rien au monde face aux terroristes.

« En ces moments d'épreuves, je voudrais réaffirmer à l'Afrique et au monde entier ma foi inébranlable en la capacité du Peuple burkinabè à préserver sa dignité et à opposer une résistance farouche à ses ennemis tant intérieurs qu'extérieurs », a notamment signifié le chef suprême des armées, Roch Marc Christian Kaboré, dans son adresse consécutive aux attaques.

Burkina Faso

Ouaga plus proche de Lomé

Orange Burkina Faso propose à ses client des rabais sur les appels vers le Togo. 100 Fcfa la minute, mais l'offre… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.