4 Mars 2018

Afrique de l'Ouest: Marché financier régional - Les opportunités en bourse expliquées aux étudiants

Le conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers de l'Union monétaire ouest africaine (UMOA) a organisé, le vendredi 2 mars 2018 à Ouagadougou, une journée d'information et de sensibilisation sur son marché régional au profit des étudiants de l'Ecole nationale des régies financières (ENAREF), des universités privées et des grandes écoles de Ouagadougou.

L'Union monétaire ouest africaine (UMOA) entend mieux faire la promotion de son marché financier régional. Le conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers de l'institution a organisée, le vendredi 2 mars 2018, une journée d'informations et de sensibilisation sur le marché financier régional et ses opportunités au profit des étudiants de l'Ecole nationale des régies financières (ENAREF), des universités privées et des grandes écoles.

Selon le président du conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers, Mamadou Ndiaye, bien que le système financier de la sous-région soit caractérisé par un taux de bancarisation des populations inférieur à 20% sur le segment du marché financier, la Bourse régional des valeurs mobilière (BRVM) commune aux états de l'UMOA affiche au 31 décembre 2017 une capitalisation de 9 806 milliards de FCFA soit près de 10% du PIB de ces Etats.

C'est dans cette optique que le conseil régional de l'épargne publique et des marchés financiers, à entendre le président, s'est résolument inscrit dans une approche de communication à l'endroit du public de l'union en vue de mieux faire connaître les actions de la bourse.

« Le marché financier a connu ces dernières années un accroissement significatif de ses activités qui s'est globalement traduit par un volume d'émission de titres en constante progression et l'apparition de nouveaux acteurs sur le marché. Au titre de 2017, le montant total des émissions mobilisées sur le marché s'est élevé à 1397 milliards FCFA.

En ce qui concerne les acteurs, une vingtaine a été agréée en 2017 dont quatre sociétés de gestion et d'intermédiation et trois nouvelles sociétés de gestion », s'est réjoui le président du conseil régional. Pour lui, cet accroissement des acteurs qui porte le nombre d'intervenants sur le marché de 150 à 171 traduit le dynamisme du marché.

En outre, a-t-il ajouté, la fin de l'année 2017 a été marquée par l'adoption de textes règlementaires qui ont consacré le lancement en décembre dernier du troisième compartiment de la BRVM qui constitue une innovation majeur pour le marché financier régional.

7500 milliards de FCFA mobilisés depuis 1998

Ce compartiment, à entendre Mamadou Ndiaye, permettra aux PME, qui constituent l'essentiel du tissu économique, de pouvoir accéder à la bourse. Il a soutenu que les différentes innovations au sein du marché régional ne peuvent atteindre l'effet escompté que si le public se les approprie correctement.

« C'est pourquoi nous avons entamé les activités de sensibilisation et d'information pour permettre au public de connaitre les avantages liés à la bourse. Durant cette journée nous allons échanger sur le marché financier régional, son organisation, son évolution et ses opportunités.

Nous invitons les participants à saisir ces opportunités qu'offre le marché régional en termes d'emplois, d'investissement et de placement », a laissé entendre M. Ndiaye aux participants.

Pour le secrétaire général du ministère de l'Economie, des Finances et du Développement, Abel Séglaro Somé, représentant son ministre, patron de la cérémonie, les économies des Etats de la sous-région amorcent un virage décisif pour leur développement.

En effet, a soutenu M. Somé, les taux de croissance enregistrés en Afrique subsaharienne ces quatre dernières années se chiffrent en moyenne à 6,5%. « Toutefois, ce niveau reste insuffisant pour relever nos défis contemporains et lutter durablement contre la pauvreté.

De plus, le financement efficient de nos économies nécessite la diversification des sources et instruments de financement. Le rôle des marchés financiers dans cette problématique parait essentiel. Toutefois, il a été relevé dans la zone UMOA le manque de la culture boursière », a affirmé le secrétaire général du ministère en charge de l'économie.

Selon lui, le marché financier de l'UMOA a permis de mobiliser depuis sa création en 1998 plus de 7500 milliards de FCFA soit une moyenne annuelle de 390 milliards de CFA.

La BRVM, a-t-il poursuivi, avec 45 sociétés cotées et 37 lignes obligataires en ce jour affichent une capitalisation boursière totale de 9806 milliards de FCFA au 31 décembre 2017 soit environ 10% du PIB.

C'est donc un marché qui offre des opportunités, de l'avis de Abel Séglaro Somé, que les participants à cette rencontre d'information doivent savoir saisir.

Burkina Faso

Ouaga plus proche de Lomé

Orange Burkina Faso propose à ses client des rabais sur les appels vers le Togo. 100 Fcfa la minute, mais l'offre… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.