5 Mars 2018

Bénin: France - Le projet de restitution des biens culturels suit son cours

Photo: Siegfried Forster / RFI
Statuette Tsogho, Gabon, XIXe siècle, restituée le 7 septembre 2016, après avoir disparu du musée de l’Homme dans les années 1950, par un collectionneur européen au musée du quai Branly, à Paris.

C'est un sujet qui sera au centre de la visite de Patrice Talon à Paris, le 6 mars prochain : la restitution des biens culturels à l'Afrique. Et pour cause : le Bénin a toujours été en pointe sur ce sujet.

Emmanuel Macron avait promis en novembre dernier à Ouagadougou des restitutions temporaires et définitives. Du côté de l'Elysée, on travaille à la mise en œuvre de cet engagement présidentiel avec la nomination prochaine d'un binôme pour réfléchir à la question.

L'entourage du président français l'assure : les restitutions temporaires devraient rapidement débuter. Des musées africains pourraient accueillir des pièces notamment du Quai Branly, d'ici six mois à un an. Une première étape simple et qui semble faire consensus.

L'autre promesse formulée par Emmanuel Macron à Ouagadougou, la restitution définitive des œuvres à l'Afrique, s'avère en revanche beaucoup plus complexe à mettre en œuvre. Dans l'entourage du chef de l'Etat, on a parfaitement conscience des enjeux à la fois émotionnels, politiques et patrimoniaux que cela soulève.

Pour tenter de déminer ce sujet sensible, l'Elysée s'apprête donc à nommer un binôme chargé de réfléchir à la question. Est-il nécessaire de faire évoluer la loi française ?

Combien d'œuvres sont concernées ? « La personne nommée devra regarder tous ces paramètres, peut-être que les obstacles ne sont pas si insurmontables », veut croire un conseiller du président.

Quoi qu'il en soit, l'Elysée ambitionne de commencer à travailler avec les pays les plus motivés. Au premier rang desquels le Bénin. Ces restitutions d'œuvres seront au centre de la visite à Paris de Patrice Talon le 6 mars prochain.

« On attend qu'eux aussi se mettent en ordre de bataille pour que ce soit possible », précise-t-on dans l'entourage du président français. Sous-entendu : que les Etats intéressés se mettent en capacité d'accueillir ces œuvres et de les protéger.

Il y a tout en tas d’œuvres qui sont en France, en Europe, parfaitement légalement. Ce qui est réclamé précisément, c'est ce qui a été pris dans le pillage colonial, ce qui a été volé, ce qui a été spolié. On n'a pas de chiffres officiels.

Bénin

Elim CAN 2019 - Un trio guinéen pour diriger Algérie-Bénin

Dans le groupe du Togo et de la Gambie, l'Algérie reçoit le 12 octobre prochain au stade Mustapha-Tchaker… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.