5 Mars 2018

Angola: Isabel dos Santos nie les accusations de mauvaise gestion

Photo: Facebook.com
Isabel dos Santos

Luanda — La femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos a considéré comme diffamatoires et malhonnêtes des accusations portées par le président du Conseil d'Administration de la Sonangol, Carlos Saturnino, d'irrégularités et de mauvaise gestion présumées durant son mandat de 18 mois à tête de la compagnie pétrolière nationale.

Dans un communiqué de presse, elle affirme qu'elle a fait un professionnel et compétent en tant que présidente du Conseil d'administration de la Sonangol, soulignant qu'elle ne manquera pas de prendre toutes les mesures nécessaire et utiliser toutes les dispositions juridiques, appropriées et nécessaires pour protéger son bon nom et défendre ses droits.

Il note que les allégations et insinuations «en plus d'être fausses, servent à alimenter un climat d'instabilité et de méfiance qui porte atteinte à la Sonangol » et « détourner l'attention de ce qui est la préoccupation fondamentale » (rendre l'entreprise compétitive sur le marché international du pétrole).

Le 28 février dernier, le président du Conseil d'administration de la Sonangol, Carlos Saturnino, a accusé la femme d'affaires d'avoir dépensé 135 millions de dollars pour des consultants et autorisé le transfert de 38 millions de dollars US, un jour après son limogeage.

Le gestionnaire a également dénoncé l'existence d'une présumée «caisse deux», pour le paiement des salaires en dehors du circuit normal, entre autres irrégularités.

En réponse, la femme d'affaires a dit que c'était une mise en scène, pour cacher le passé noir de la Sonangol, et une manœuvre pour tromper les gens au sujet de qui a vraiment coulé la Sonangol.

Elle estime que «remettre en cause la présence de consultants, susciter des soupçons sur le travail et les paiements effectués, signifie nier le fait que la Sonangol était en faillite».

"Compte tenu de cette insinuation d'excès de dépenses et de gaspillage dans les consultants, je dis que le Conseil d'administration que j'ai présidé était celui qui a moins gaspillé avec des consultants dans la Sonagol au cours des cinq dernières années".

Selon les données fournies par la femme d'affaires, en 2014, la Sonangol avait dépensé 254 millions de dollars pour des consultants, contre 115 millions (2015), 79,7 (2016) et 90,5 millions (2017).

En ce qui concerne les virements bancaires de 38,18 millions USD, après la cessation de fonctions de son administration, elle a déclaré qu'ils ont été faits à la lumière de la loi, évoquant le statut du gestionnaire public.

«Dans le cas de la résiliation du mandat, le gestionnaire des affaires publiques nommé se maintiennent dans l'exercice de leurs fonctions, en régime de gestion actuel, jusqu'à l'installation du nouveau titulaire», a-t-elle écritl, faisant remarquer qu' « il n'y a pas d'ordres de paiement ou autres instructions après le 15 novembre 2017 ", période de son limogeage.

"Le traitement et paiements de ces factures d'un montant de 38,18 millions aux consultants ont comptabilisé comme une partie de 90,5 millions de dollars considéré comme des coûts de consultation pour l'année 2017", a-t-elle expliqué.

A propos, le Ministère Public a instauré une enquête sur la dénonciation publique de détournement de fonds sans la société pétrolière angolaise Sonangol.

L'affaire, qui concerne le conseil d'administration précédent, dirigé par Isabel dos Santos, fait l'objet d'une enquête par la Direction nationale de la prévention et de la lutte contre la corruption du Ministère Public.

Angola

Le ministre de l'Administration du Territoire appelle à une gouvernance participative

- Le ministre de l'Administration du Territoire et Réforme de l'Etat, Adão de Almeida, a appelé… Plus »

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.