Togo: Un jeune togolais se propose pour battre Faure et la Coalition des 14 dans les urnes

La Coalition des 14 renoue avec la rue la semaine prochaine.

La présidentielle togolaise qui aura lieu en 2020 connaitra la participation d'un jeune togolais dont nous taisons le nom. Ce jeune, jusque-là inconnu sur la scène politique se prépare à lancer un vaste mouvement politique d'envergure.

Il y a quelques semaines, la rédaction de www.togotimes.info a publié un article portant sur le lancement d'une formation politique d'un Togolais, natif de la région de la Kara.

Aujourd'hui, les choses se précisent. En attendant certaines démarches auprès de l'administration, le jeune président du mouvement ne dort pas sur ses lauriers. Il multiplie des réunions sur réunions à la base.

Après avoir bouclé la boucle au nord Togo, il se dit fier et prêt à porter la croix. Selon ce jeune, il faut chasser Faure Gnassingbé et les opposants de la coalition par les urnes.

« Je me suis rendu compte que notre problème au Togo, c'est le jeu malsain du pouvoir avec la complicité des vieux loups de l'opposition », a confié celui qui se voit déjà futur président du Togo.

« Je vais par les urnes pour mettre fin à une opposition complice. Une seule famille ne peut continuer à narguer indéfiniment les Togolais », a confié au cours d'une discussion à bâtons rompus avec le jeune futur président.

Au cours de nos discussions, celui dont nous taisons le nom a remercié Tikpi Atchadam qui, aujourd'hui, selon lui, fait la différence.

« Nous ne devons pas le laisser seul face au régime pilleur de Faure Gnassingbé. Je viens pour renforcer sa lutte. C'est un combattant », a fait savoir le futur président.

Après avoir sillonné le Togo, mon entourage politique va se faire connaître après les démarches administratives.

« Je le ferai bientôt mais j'attends les discussions qui sont ouvertes entre le pouvoir et la coalition pour prendre une décision finale », a souligné le jeune.

Le Togo traverse une crise politique grave depuis Août 2017, date à laquelle, le Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, s'est pointé au-devant de la lutte politique avec deux revendications : le retour à la Constitution de 92 et le vote de la diaspora.

C'est autour de ces deux exigences que le parti a déversé ses militants dans la rue pour une manifestation pacifique qui a été malheureusement réprimée dans le sang. D'où l'origine de la crise qui ébranle le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.