7 Mars 2018

Guinée: Marche blanche des femmes / Mme Bah Maimouna - « Si jamais on n'est pas entendu, on va passer à la vitesse supérieure »

Les femmes des victimes lors des manifestations politiques en Guinée ont décidé de se faire entendre ce mercredi 07 mars 2018 par la rue. Elles sont massivement sorties sur la route le prince entre Hamdallaye-Bambeto pour démonter leur indignation contre « l'injustice » depuis l'arriver d'Alpha Condé au pouvoir en 2010.

Intervenue dans l'émission « les grandes gueules » de la Radio Espcace FM » ce matin, Mme Bah Maimouna Diallo, présidente du comité des femmes de l'UFDG a indiqué qu'elles organisent cette marche blanche pour accompagner les mères de toute les victimes dans leur d'œil si douloureux et ensuite parce que tant que femmes source de toutes vies condamnent avec la dernière énergie ceux qui ont tué leurs enfants.

« Nous nous opposons farouchement à ce régime dont les forces de l'ordre tuent avec des armes des citoyens qu'elles ont la mission de défendre. Figurez-vous que depuis 2010, nous avons enterrés le lundi dernier la 90ème victime du régime d'Alpha Condé lors des manifestations en Guinée », a-t-elle indiqué.

Selon elle, ces victimes n'ont bénéficié aucune enquête, aucune compassion de la part des autorités du pays et même locales des quartiers où ils ont été tués.

« C'est seulement quand il s'agit des forces de l'ordre qu'on comprend que ce gouvernement est capable de compassion. Vous avez vu comment ils ont envoyé une forte délégation pour l'enterrement le gendarme qui a été tué.

Lundi à l'enterrement de notre dernière victime, on n'a vu aucun membre du gouvernement, est ce que ces enfants ne sont pas des guinéens ?

Est-ce que ces enfants n'ont pas comme président M. Alpha Condé ? A lors ou on va ? C'est le cri de cœur de toutes femmes. On est fatigué c'est l'avenir du pays qu'on est en train de compromettre au vu et au su de tout le monde », a dénoncé Mme Bah.

Elle a poursuivi aussi que pensant que l'opposition a utilisé tous les moyens à leur pouvoir, elle n'a pas pu arriver, et maintenant eux les femmes, elles se lèvent d'abord pour faire un plaidoyer au près d'Alpha Condé pour que justice soit faite pour ces victimes.

« Si jamais, on n'est pas entendu on va passer à la vitesse supérieure parce qu'on a beaucoup de moyens nous les femmes. On va se retrouver continuer cette lutte parce que je vous assure, il faut que ça s'arrête maintenant », a-t-elle prévenu.

Cette marche va commencer au carrefour Concasseur de Hamdalaye jusqu'au rond point de Bambeto pour faire un meeting où chaque parti des femmes va parler au nom de son parti.

Guinée

Mandiana - Au moins deux morts, 10 portés disparus dans le naufrage d'une pirogue

Alors que les populations de Mandiana n'ont pas fini de pleurer les victimes de la répression militaire de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.