7 Mars 2018

Burkina Faso: Attaques terroristes du 2 mars - Les 8 militaires inhumés sous une vive émotion

Photo: fasozine
Inhumation des militaire tués dans les attentats de Ouagadougou

Tombés au front lors de la double attaque terroriste du 2 mars dernier, les 8 soldats burkinabè repose désormais au cimetière municipal de Gounghin.

Il s'agit du colonel Djibril Lallé, de l'adjudant-chef major Louis Kiemdé, de l'adjudant-chef Hyacinthe Ouédraogo, du MDL Diabri Abdoul Razakou dit 556, du sergent Florent Sanou, du sergent Idrissa Mando, du soldat de 1ère classe Yoropo Kohoun et du soldat de 2ème classe Assami Nikiéma.

Le plus jeune de ces soldats tombés sous les balles assassines des terroristes a pour nom, Assami Nikiéma. A 22 ans, il aura passé un an et trois mois de service.

Sous un soleil de plomb de 14h à Ouagadougou, autorités politico-administratives, frères d'armes, parents et amis sont venus dire les adieux à ces vaillants soldats qui ont laissé leur vie pour défendre la mère patrie.

Loin d'ébranler les forces de défense et de sécurité, cette attaque lâche, barbare et ignoble, commande de resserrer les rangs, de rester uni et déterminer pour vaincre ensemble l'ennemie, estime le colonel-major Naba Théodore Palé au moment des Adieux.

Le feu Hyacinthe Ouédraogo est le cousin à Mme Guissou. Selon elle, le soldat Hyacinthe Ouédraogo qui laisse derrière lui une veuve et trois enfants, est une personne dévouée, chaleureuse et prêt à aider son prochain. Inconsolable, dame Guissou estime que «c'est une grosse perte pour la famille» même si son frère est mort pour «la bonne» cause.

Pour le général Oumarou Sadou, chef d'état-major général des armées, le devoir de l'armée est permanent, demande l'engagement et conduit parfois à des sacrifices. «Ces camarades ne sont pas tombés en vain parce que le combat continuera.

Le Burkina Faso ne peut pas lutter seul contre le terrorisme mais c'est ensemble avec la sous-région, que nous allons combattre le terrorisme. C'est une lutte commune et nous n'allons pas demander à quelqu'un d'autre de venir nous défendre», a laissé entendre le chef d'état-major Sadou.

«Cet ennemi si vicieux et si lâche sait où frapper pour que ça fasse mal», tels sont les propos du Médiateur du Faso, Saran Séré/Sérémé qui demande la veille citoyenne à tous les niveaux.

Pour Saran Sérémé, le peuple burkinabè fait toujours confiance à son armée et unira toujours ses forces pour venir à bout de l'ennemi. Elle demande par ailleurs, à l'armée nationale de redoubler de vigilance dans ce combat.

En savoir plus

Inhumation des militaire tués dans les attentats de Ouagadougou

C'est, hier, 7 mars 2018 que les militaires tués lors des attaques terroristes qui ont visé l'ambassade de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Fasozine. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.