7 Mars 2018

Sénégal: Projet Formation-Ecole-Entreprise - 25 000 jeunes seront enrôlés en 3 ans

Le Président de la République, Macky Sall, a procédé, hier, au lancement officiel du projet de formation école-entreprise (Pf2e) qui vise l'enrôlement de 25.000 jeunes sur une durée de trois ans pour un montant de plus de 5 milliards de FCfa. Le Président a indiqué qu'il ne peut y avoir de croissance, de développement, sans des ressources humaines de qualité.

«Nous voulons expérimenter avec 25.000 jeunes, une phase pilote sur 3 ans. Le but ultime, c'est de donner des enseignements techniques et professionnels qui répondent aux besoins du marché de l'emploi et de permettre d'intégrer, de manière active, le parcours de formation», a déclaré le Président de la République, Macky Sall qui a lancé, hier, le projet «formation école-entreprise» (Pf2e).

«Il n'y a pas de meilleur projet que de former la jeunesse du pays. Il ne peut y avoir de croissance, de développement, sans des ressources humaines de qualité», a dit le Président Macky Sall en présence du premier ministre, Mahammed Dionne, du ministre de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Artisanat, Mamadou Talla et d'autres personnalités.

Le Chef de l'Etat d'insister : «notre approche ne doit pas être élitiste, c'est-à-dire investir seulement dans la formation des avocats, médecins, journalistes ou enseignants entre autres; elle doit être globale et inclusive. Il faut une approche globale et de haut niveau qui prendra en compte tous les segments de la société, à tous les niveaux de compétences».

Il a dit que son gouvernement accorde une importance particulière à la formation des jeunes. «Si j'ai personnellement décidé de présider le lancement de ce projet, c'est parce que j'accorde une priorité élevée à la formation aux métiers», a-t-il indiqué.

Selon le Président, le pays a besoin de bons menuisiers, d'informaticiens, de bons mécaniciens, de bons soudeurs, de bons tailleurs. «Il faut la qualité, il faut la formation. Nous avons des personnes très habiles mais il leur manque le savoir-faire.

L'Etat et les entreprises doivent les former dans le métier qu'ils veulent exercer et les aider à trouver leur voie. C'est ce que le projet de formation école-entreprise permettra tout en dotant les entreprises de ressources humaines de qualité», a-t-il fait comprendre.

Le Président Macky Sall a invité, en outre, à faire en sorte qu'il y ait des éléments de formation importants dans les entreprises.

«Sans ce partenariat tripartite (organisations patronales, syndicats de travailleurs et gouvernement), ce projet ne pourra pas aller loin. Mais nous sommes engagés pour qu'il soit un projet bénéfique à la Nation», a-t-il dit. Il a appelé les acteurs à relever les défis, parce que, selon lui, «l'Etat seul n'y parviendra pas».

MACKY SALL, CHEF DE L'ETAT : « ORIENTER 30% DES ÉLÈVES VERS LA FORMATION PROFESSIONNELLE »

S'agissant du faible niveau de qualification, le Président de la République a fait savoir que sur environ 8,5 millions de personnes en âge de travailler, 6% seulement ont un diplôme pour la qualification professionnelle.

Et, l'école, de l'avis du Président de la République, doit poursuivre sa mutation pour qu'au moins 30% des élèves du cycle fondamental puisse basculer vers la formation professionnelle et technique à l'horizon 2025.

Car, «sans des ressources humaines qualifiées et formées, il n'est pas possible de résoudre, de façon durable et efficace, le problème de chômage des jeunes», a précisé le Président de la République. «Le présent projet est loin d'être un cas isolé; il fait partie d'un programme d'ensemble.

Nous procéderons à la construction et à l'équipement de 17 nouvelles structures de formation professionnelle à travers le pays pour booster la compétitivité du pays et l'employabilité des jeunes. J'ai tenu à un maillage», a informé le Président de la République.

Il a salué, dans ce sens, l'implication de tous les partenaires. Non sans déplorer que les systèmes élitistes hérités du système colonial, qu'on a de considération que pour l'école coloniale.

Tout au mieux, il a appelé à s'intéresser davantage à la formation aux métiers pour disposer d'une main-d'œuvre qualifiée et compétente. Par ailleurs, selon le Président Macky Sall, le développement est un ensemble. «Il doit se faire de façon inclusive, équitable et solidaire.

C'est ce qui est appliqué ici dans la formation professionnelle et technique. Si nous ne formons pas la jeunesse, si elle n'est pas employable, c'est une vraie bombe à retardement», a-t-il alerté.

Magnifiant l'adéquation formation-emploi, à travers ce projet, le Président de la République a souligné que c'est un financement sur ressources propres que ce projet est réalisé.

Un projet qui verra une prise en charge dégressive par l'Etat de l'allocation mensuelle versée à chaque apprenant en raison de 40.000 FCfa en première année, 20.000 FCfa en deuxième année et 10.000 FCfa en troisième année alors que l'entreprise formatrice versera le différentiel à partir de la deuxième année.

En clair, ce projet d'un coût global de 5 milliards 900 millions de FCfa à travers le renforcement de capacités des entreprises formatrices pour la prise en charge des formations internes, vise à améliorer l'employabilité de ces jeunes. Pour le tout, le Président de la République a saisi l'occasion pour les inviter à s'intéresser au projet et à continuer à s'engager avec détermination, à se former, à réussir.

MODY GUIRO, SECRETAIRE GENERAL DE LA CNTS : « L'AVENIR DE MILLIERS DE JEUNES DANS LE MONDE DU TRAVAIL SERA GARANTI »

Le secrétaire général de la Cnts, Mody Guiro, a salué la mise en œuvre du projet. «Ce projet mènera à la résolution de sérieux problèmes de notre société. Le chômage des jeunes a atteint un niveau sans précédant en Afrique. Ce projet est arrivé à son heure», a indiqué M. Guiro. «Ce projet garantira l'avenir de milliers de jeunes dans le monde du travail.

Il était urgent de changer de paradigmes et de mettre l'accent sur la formation professionnelle et technique», a-t-il insisté. Saluant, en outre, «un ambitieux projet», il a indiqué que la faiblesse du niveau de qualification professionnelle est un défi à relever.

«Je salue la volonté du Président Macky Sall et le félicite de l'approche partenariale par l'implication des acteurs sociaux. C'est un partenariat qui doit reposer sur le partage de vision. C'est un saut crédible et performant de la proportion de l'emploi sur tout le territoire.

Il faut s'engager à participer activement à la mise en œuvre des apprentissages. C'est un projet prometteur et qui va contribuer, de manière significative, à la formation et à la qualification de nos jeunes», a-t-il dit.

LES APPRENANTS EXPRIMENT LEUR RECONNAISSANCE AU CHEF DE L'ETAT

«Nous sommes reconnaissants au Président de la République et lui manifestons notre gratitude pour ce beau cadeau, en instituant la mise en œuvre immédiate du projet.

Ce nouveau projet apporte une réponse concrète visant l'amélioration du parcours des jeunes», a soutenu, hier, la représentante des apprenants, à l'occasion du lancement officiel du projet de formation école-entreprise.

Elle a ajouté que l'émergence est tributaire de la qualité des ressources humaines, surtout celle de la jeunesse dans les divers domaines. «Nous sommes engagés dans le projet.

Donner une chance à chaque jeune à trouver la formation, c'est promouvoir l'émergence du pays, une meilleure voie d'accéder à l'emploi», a-t-elle dit. La représentante des apprenants a invité tous les jeunes à s'inscrire sur la plateforme du ministère de la formation professionnelle et technique.

MANSOUR KAMA, REPRESENTANT DU PATRONAT : « CE PROJET VA CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES»

Se félicitant de cet «important projet», le président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes), Mansour Kama, a indiqué que ce projet va contribuer au développement des ressources humaines de notre pays et à l'emploi des jeunes.

«En lançant ce projet, vous démontrez, une fois de plus, votre attachement au développement du capital humain et à la formation professionnelle et technique.

Cette décision a mis notre pays au rang de modèle. Il vient compléter un ensemble de projets et de programmes que vous avez décidé de lancer », a ajouté Mansour Kama. Il a invité au renforcement des capacités des entreprises en la matière.

«Nous vous soutenons en accueillant le maximum de jeunes dans nos entreprises. Seul un engagement fort de nos entreprises sera le socle de la réussite du projet.

Notre engagement est total et la seule option est la réussite du projet», a-t-il confié.

Sénégal

Le Marquis du protocole, Bruno DIATTA s'est éteint

Depuis l'indépendance du pays, Bruno DIATTA a tout donné à la République. En grand et… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.