7 Mars 2018

Congo-Brazzaville: Paix et sécurité dans le Pool - Un échantillon d'ex-ninjas recouvre la liberté

Un échantillon de cinq ex- ninjas détenus à la Maison d'arrêt centrale de Brazzaville, à la direction générale de la surveillance du territoire et au poste de sécurité publique de Ouenzé (dans le cinquième arrondissement de Brazzaville), a été libéré le 7 mars.

La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre de l'Intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou, en sa qualité du président de la commission ad hoc mixte paritaire de l'accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités, signé le 23 décembre 2017, entre le gouvernement et les représentants du pasteur Ntoumi.

Le vice-président de cette commission, Ané Philippe, se dit satisfait pour cette action qui marque le début de la mise en œuvre des dispositions de l'accord cité ci-dessus. « Cet échantillon est symbolique. D'autres détenus vont être libérés progressivement, parce que lorsqu'on signe un accord, la mise en application exige que l'on arrange en amont certaines choses. C'est ce que nous faisons actuellement. Sur les listes que nous disposons, il y avait cent cinquante personnes. On nous a signalé que certaines d'entre elles ont été libérées. Nous allons vérifier cette information pour nous en convaincre », a-t-il indiqué.

Dans les tout prochains jours vont commencer, a-t-il ajouté, des séances de sensibilisation des ex-combattants et de la population du Pool sur l'arrêt définitif du conflit, afin que la vie reprenne dans cette partie du Congo dévastée par la guerre.

« Nous n'avons aucun élément de la Force publique dans nos geôles »

Invité par un journaliste à éclairer l'opinion nationale et internationale sur la situation des éléments de la Force publique pris en captivité par les ninjas, Ané Philippe a assuré qu'aucun militaire n'est en prison dans le Pool. « Les conditions dans lesquelles se déroulait la guerre ne nous permettaient pas d'avoir les prisonniers. C'était difficile », a-t-il précisé.

Parmi les personnes libérées, il y a Brice Batokolokoula qui a remercié les membres de la commission ad hoc mixte paritaire pour le travail qu'ils sont en train de réaliser. « La guerre n'est pas bonne. Je suis content parce que je recouvre la liberté et retrouve ma vie de tous les jours. J'ai passé une année en prison. C'est trop », a-t-il déclaré.

Congo-Brazzaville

Partenariat - Le ministère Iman'Enda et la Fondation Mwimba-Texas convolent en justes noces

Les deux associations, à but non lucratif, ont décidé d'unir leurs efforts et potentialités… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.