8 Mars 2018

Madagascar: La route Ambilobe - Diégo coupée - Enième promesse non tenue de Hery Rajaonarimampianina

Le Maire d'Ambilobe, Assimo Bruno accompagné des députées Rahelihanta Jocelyne et Lalao Rahantanirina ont effectué une descente à Marivorahona hier.

En piteux état. C'est le moins que l'on puisse dire de l'état actuel de la route nationale numéro 6 reliant Antananarivo à la Province d'Antsiranana. Tana - Ambilobe se fait actuellement en 22 heures tandis qu'Ambilobe - Diego qui est une route de 137 kilomètres se fait en 8 heures de temps. Par ailleurs, avec la montée des eaux causée par la zone de convergence intertropicale qui a frappé la partie Nord de la Grande île depuis presque une semaine, les usagers de la RN6 sont exposés à un risque permanent d'accident.

Les radiers sont complètement couverts par les eaux et plusieurs ponts sont abimés, notamment du côté d'Antsohihy où les taxi-brousses doivent traverser une déviation très étroite, au risque de tomber dans un énorme ravin. Impossible d'y traverser pour les camions qui sont obligés de procéder au transbordement de leurs cargaisons. D'ailleurs, cette situation favorise l'insécurité sur cet axe. Pas plus tard que mardi soir, un véhicule 4X4 a échappé de peu à une attaque. Cinq bandits ont barré la route en installant des énormes cailloux au milieu. Les occupants de la voiture ont dû effectuer un tir en l'air pour les dissuader de passer à l'acte.

Danger permanent. Pire encore, depuis mardi, la Province d'Antsiranana est complètement coupée du reste de Madagascar. En effet, suite à la montée des eaux, la route Ambilobe - Diégo est coupée au niveau de Marivorahona, à 12km de la ville d'Ambilobe. Le transbordement y est très difficile et les voyageurs s'exposent à un énorme risque car ils sont obligés de rejoindre l'autre côté de la route, en traversant un courant très fort, avec les bagages sur le dos. La présence de quelques jeunes du quartier qui profitent de la situation pour se faire un peu d'argent en proposant notamment un transport par des petites pirogues, ne résout en rien le problème et ne calme pas le danger permanent qui plane sur les usagers de la RN6. L'existence depuis hier en début d'après-midi, d'un camion chargé qui est tombé en panne au bon milieu de la route coupée et faisant face à un courant très fort, a d'ailleurs envenimé les choses. D'autant plus qu'avec la pluie qui continue de s'abattre sur la partie Nord de Madagascar, l'eau risque de monter davantage dans les prochaines heures.

Appel de détresse. Hier, une délégation du parti « Miaraka Amin'i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR) dirigée par la députée de Diégo, Jocelyne Rahelihanta, la députée de Mahajanga, Lalao Rahantanirina alias Ninah et le Maire de la Commune Urbaine d'Ambilobe, Assimo Bruno ont effectué une descente à Marivorahona pour constater de visu la situation de cette route coupée. Une occasion pour l'élue d'Antsiranana de lancer un appel de détresse à l'endroit des tenants du pouvoir actuel. « Diégo risque d'être frappée par une pénurie des produits de premières nécessités, de carburants, mais aussi et surtout d'oxygènes pour les malades à l'hôpital », à-t-elle averti.

A noter qu'au lieu d'effectuer un transport par bateaux depuis Toamasina, l'approvisionnement de carburants pour la JIRAMA d'Antsiranana se fait plutôt par la route nationale numéro 6. Actuellement, et ce depuis déjà trois jours, plusieurs camions citernes sont bloqués du côté de Marivorahona. Selon Jocelyne Rahelihanta, « ce procédé sert de business très lucratif pour certains hauts responsables étatiques ». Un procédé qu'elle a d'ailleurs déjà dénoncé à maintes reprises lors de ses nombreuses interventions à l'Assemblée nationale.

Démagogie. Quoiqu'il en soit, cette route nationale n°6 en piteux état constitue une énième promesse de campagne non tenue par le président Hery Rajaonarimampianina, tout comme la route Ambilobe - Vohémar qui, actuellement est devenue inaccessible. Cet engagement présidentiel reste pour le moment une simple démagogie. Reste à savoir si le porte-fanion du HVM qui envisage de briguer un second mandat attendra la campagne électorale pour ordonner le début des travaux. Et ce, même si durant ses plusieurs déplacements dans le Nord pendant ses quatre ans de pouvoir, le numéro Un du « Hery Vaovao ho an'i Madagasikara » a toujours réitéré que « les travaux vont bientôt commencer ».

L'année dernière, lors du 5è Sommet Union Africaine - Union Européenne qui s'est déroulé à Abidjan, le Chef de l'Etat a obtenu 235 millions de dollars pour réhabiliter les RN6 Tana - Diégo et la RN13 reliant la capitale à la ville de Fort Dauphin. La question est donc de savoir ce qu'est advenue cette grosse somme d'argent. Quid également des 10 milliards de dollars obtenus durant la conférence des bailleurs et des investisseurs qui s'est tenue à Paris au mois de décembre 2016 ?

Madagascar

Election - Une formation pour les assesseurs

A Madagascar, le processus électoral se met en place. À Antananarivo est organisée sur trois jours… Plus »

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.